lun 4 septembre 2017

Pour faire plier le gouvernement : réussir le 12 septembre et... les jours suivants !

CGA


Après le simulacre estival de « concertation », les ordonnances sont tombées. Évidemment, pas de surprise : le gouvernement avait promis une modernisation du code du travail, on a effectivement la suite XXL du démantèlement de celui-ci.


La baisse de popularité de Macron et sa clique doit urgemment se traduire par une confrontation sur le terrain social. La tâche est ardue car aux trahisons habituelles de certaines bureaucraties syndicales, vient de s'ajouter celle de FO. Par ailleurs, la France Insoumise de Mélenchon en posant ses propres dates de mobilisation, en essayant de prendre le leadership de la contestation sociale, tente de la dévier sur le stérile terrain politicien.


La date du 12 septembre est donc capitale et doit être une réussite. Pour pouvoir donner des suites à la mobilisation, mobilisons-nous sur nos lieux de travail et de vie pour être massivement en grève et dans la rue ce jour-là. Mais nous savons aussi que les jours de grève isolés ne suffiront pas pour gagner et qu'il faut préparer une riposte sociale d'ampleur, avec des modes d'action (grèves sur la durée, blocage de l'économie) qui s'en prennent directement aux porte-monnaie des patrons.


Pour cela, construisons l'unité à la base des syndicalistes et travailleurs et travailleuses combatif-ive-s. Faisons le lien entre les différents secteurs de la société laissés sur le bord de la route par l’État : chômeurs-euses, précaires, étudiant-e-s, etc.


Pour ne pas s'enfoncer un peu plus dans le cauchemar capitaliste, fait de régressions sociales, de précarité, d’inégalités et d'état d'urgence permanent, la seule issue, c’est l’organisation sur des bases de classe et la lutte sociale !


Le 3 septembre 2017,
les Relations Extérieures de la CGA