ven 7 novembre 2014

Sectes et religions

IAL

Par souci de précision, nous commencerons par quelques définitions.

Le terme « secte » a deux sens principaux : ce peut être un ensemble de personnes exprimant et se rattachant aux mêmes croyances, opinions ou principes. Mais c'est aussi un groupement religieux fermé et créé en opposition à des idées et pratiques religieuses dominantes. Dans une secte (comme dans une religion) la dimension déiste n'est pas forcément présente.

Une dérive sectaire amène une modification de la liberté de religion, d’opinion et de pensée qui porte atteinte à l’ordre public, aux lois et règlements, aux droits fondamentaux et à la sécurité/intégrité des personnes. Une secte exerce (par groupes organisés ou individus isolés) des pressions ayant pour but d’exploiter une personne. Cette manœuvre a des conséquences néfastes pour la victime, privée d’une partie de son libre arbitre, mais aussi pour son entourage et pour
la société.

Quels critères définissent les actions des sectes ?

Ces critères officiels sont élaborés par plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires, qui ont permis_d’établir une
liste d’indices facilitant le repérage des dérives sectaires : la déstabilisation mentale, le caractère exorbitant des exigences financières, la rupture avec l’environnement d’origine, les atteintes à l’intégrité physique, l’embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles à l’ordre public, l’importance des démêlés judiciaires, l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels, les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. 

Quelle différence entre religion et secte ?

On peut définir la religion comme un ensemble de croyances et de principes indiscutables, ainsi qu'un ensemble de pratiques liées à ces croyances et principes ; sachant qu'une religion peut être déiste ou non déiste, c'est-à-dire affirmant l'existence d'un ou plusieurs dieu(x).

On peut voir parmi ces définitions que le lien entre secte et religion est très ambigu. Un grand penseur disait que la seule différence entre les deux était la taille. En effet, de par leur taille, les religions sont plus répandues, plus officielles et il leur sera donc plus difficile de commettre des sévices envers les croyants et de les priver de leur liberté.

Les religions extrémistes (ex:Islam radical, Boko Haram, au Niger) sont plus proches des sectes, car elles envoient les croyants se battre pour leur cause, telles des organisations terroristes, et embrigadant leurs croyants en les coupant du reste du monde et en les liguant contre les non croyants. Jadis c'étaient les croisades...

Comment les sectes se sont-elles adaptées aux progrès technologiques et aux changements de la société ?

On peut déjà tirer la conclusion que l’outil internet a grandement profité aux sectes qui exploitent le caractère mondial de la Toile et l’absence de règles juridiques. En effet, l’arrivée d’Internet a considérablement banalisé les discours ou méthodes dites « alternatives » prônés par certains mouvements sectaires, notamment dans le domaine de la santé. Les sites internet sectaires font allègrement la promotion de leurs méthodes et produits miracles, ayant pour seul but d’attirer les personnes désespérées et dans des situations fragiles. Internet permet aussi d’ouvrir les frontières et ainsi d’étendre la portée de l’action de groupes sectaires. Certains gourous contrôlent même leurs adeptes et victimes depuis les réseaux sociaux. L'absence de modérateur ou de contrôle du contenu des sites ou des réseaux sociaux complique l’efficacité de l’action préventive et répressive des pouvoirs publics, qui est déjà assez peu efficace...
Internet, bon outil à l'origine, montre que les sectes se servent de tout ce qui nous entoure pour faire des plus fragiles des adeptes, et s'adaptent ainsi au monde moderne.

 En tant que libertaires et anarchistes, le principe même de la secte est à l'encontre de notre idéologie. La soumission dans les sectes, l'organisation pyramidale -avec, dans la plupart des cas, un gourou qui crée la loi interne de la secte-, la manipulation des adeptes avec leur isolement psychologique, voire physique, bafoue les valeurs d'égalité, de liberté et d'anti-autoritarisme que nous prônons. La relation entre secte et religion est encore à débattre étant donné l'étendue du terme « religion ». Notre avis personnel est que les religions non extrémistes, sont pour l'instant et dans l'ensemble, moins nocives que les sectes.

 

Groupe de Haute-Savoie