mer 20 août 2014

Les luttes LGBT et féministes en quelques rendez-vous clés

IAL

Les marches des fiertés font partie du calendrier militant des luttes LGBT et féministes, ainsi que plusieurs autres moments de visibilité, de commémoration et de revendication qui ont lieu tout au long de l'année.

→ Le 8 mars : la journée internationale des droits des femmes, qui existe depuis le début du XXème siècle. Cette journée est dépolitisée par certains médias et publicitaires qui la rebaptisent « journée de la femme » pour mieux vendre bouquets de fleur, bijoux et parfums. Malgré le feu d'artifice habituel de blagues misogynes décomplexées lors de cette journée, les féministes sont chaque année dans la rue, que ce soit dans des cortèges mixtes ou en se réappropriant l'espace public lors de marches de nuit en non-mixité.

→ Le dernier dimanche d'avril : la journée du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Il s'agit de porter le souvenir de la déportation pour motif d'homosexualité qui n'est toujours pas reconnue officiellement par la République française.

→ Le 17 mai : la journée internationale contre l'homophobie et la transphobie (en anglais IDAHOT, International Day Against Homophobia and Transphobia), lancée le 17 mai 2005 par Louis-Georges Tin soit exactement 15 ans après la suppression de l'homosexualité de la liste des maladies mentales de la classification internationale des maladies publiée par l'Organisation mondiale de la santé. Des événements plus ou mois institutionnels (colloques...) ou militants comme des rassemblements sont organisés chaque année à cette date pour continuer à lutter contre l'homophobie et la transphobie.

→ Mois de juin : les Pride. Il s'agit de la commémoration des émeutes de Stonewall survenues en juin 1969 à New-York en réponse à la répression policière. En 2014, des Pride ont eu lieu à Angers, Arras, Auxerre, Avignon, Biarritz, Bordeaux, Caen, Crest, Dijon, Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Poitiers, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et Tours. C'est un événement souvent critiqué pour ce qui est de sa récupération marchande. C'est cependant une critique qui est aussi portée en interne, puisque l'on trouve dans les Pride des cortèges politisés et radicaux dont il convient d'être solidaires.

→ Mois d'octobre : l'Existrans. C'est la manifestation des personnes trans & intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent. Elle a lieu à Paris depuis 1997. La manifestation est organisée annuellement par un collectif inter-associatif (le collectif Existrans), sur la base d'un socle de revendications communes : changement d'état-civil libre, gratuit, démédicalisé et déjudiciarisé, libre choix et remboursement des parcours médicaux, respect de l'identité de genre et amélioration des conditions de vie des personnes trans en prison, arrêt des opérations / mutilations sur les enfants intersexes, autodétermination des personnes intersexes, régularisation des personnes trans sans-papiers...

→ Le 20 novembre : la journée du souvenir trans (en anglais TdoR, Transgender Day of Remembrance. Il s'agit d'une journée de commémoration des victimes de la transphobie, qui tue chaque année de nombreuses personnes à travers le monde (particulièrement des femmes trans, souvent prostituées et/ou racisées) et de visibilisation des violences transphobes.

→ Le 25 novembre : la journée internationale contre les violences masculines, qui dénonce toutes les violences faites aux femmes.

→ Le 1er décembre : la journée mondiale de lutte contre le SIDA.

 

Groupe de Lille et groupe de Lyon