Recherche

 

L'ère Sarkozy-Besson-Hortefeux a été marquée par un discours offensif et décomplexé contre les immigré·e·s. Au niveau des personnes sans-papiers, le durcissement législatif a continué laissant de moins en moins de possibilités de régularisations. Le nombre d'expulsions aurait augmenté régulièrement1 pour atteindre le record en 2012 de 36 822 reconduites à la frontières (avec 7 mois de l'année sous le mandat de la nouvelle majorité). Si les chiffres sont contestés car ils seraient gonflés (eh oui expulser est un argument électoral !) il n'en demeure pas moins que les politiques mises en place ont contribué à stigmatiser, invisibiliser et précariser toujours plus les personnes sans-papiers, casser la possibilité d'émergences de leurs luttes et les maintenir sans-droit, corvéables à merci au profit d'un grand nombre de patrons et de secteurs économiques.

Lors de la campagne électorale François Hollande s'était contenté de promettre de «_régulariser les immigrés clandestins au...

En France comme ailleurs, les pouvoirs publics alliés au privé s'investissent dans des opérations dont l'issue ne sert que leur soif de pouvoir et leur folie des grandeurs. Comment ne pas penser dans le cas du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à d'autres projets aussi inutiles, comme le symbole espagnol du gaspillage à grande échelle que fut l'aéroport de Ciudad Real près de Madrid_? Prévu pour accueillir 2,5 millions de passager·e·s par an a été finalement abandonné en 2011 faute de trafic pour devenir un aéroport fantôme... Les points communs poussent à réfléchir. Les exemples de ces gouffres économiques sont d'ailleurs nombreux, et leurs répercussions sont toujours les mêmes. En dépit des évidences, Jean Marc Ayrault désire aveuglement son monument et fait dans la démesure. Ce projet de second aéroport à Nantes (ville dont il a été maire de 1989 à 2012) n'est pas récent mais a fait parler de lui fin 2012 car la répression contre ses opposant·e·s a été particulièrement...

Le 6 mars le tortionnaire en chef de la Vlakplaas1, Dirk Coetzee est mort et personne ne le regrette, tout comme le régime ignoble de l'apartheid qu'il a largement défendu. Nous profitons de la mort de ce bourreau pour revenir sur le mouvement de grève qu'ont porté les ouvrier·e·s agricoles en novembre dernier. Si la dictature raciste est tombée grâce au combat valeureux du peuple sud-africains, les travail-leur·euse·s sont aujourd'hui encore largement exploité·e·s et opprimé·e·s.

Le travail salarié agricole implique la misère

L'Afrique du Sud rentre dans les rangs des économies capitalistes développées avec un prolétariat agricole largement précarisé et paupérisé. Payé·e·s 70 pounds (6 euros) par journée de travail, salaire parmi les plus faibles du pays, les travailleur·euse·s subissent des conditions de travail et de logement tellement pourris que Human Right Watch, association pourtant peu vindicative, les a dénoncés dans un de ses rapports.

En novembre...

La Grèce est un pays qui constitue un très bel exemple des fluctuations du capitalisme: une économie agricole et épuisée par des guerres et des dictatures qui est entrée dans une période de prosperité qui a duré une trentaine d'années puis a fini par devenir le pays européen le plus endetté auprès du FMI.

Depuis deux années, le peuple est en mode « survie ». Il fait des efforts gigantesques pour payer les impôts fonciers exigés par le gourvernement (la majorité des familles grecques étant propriétaire), qui se montent jusqu'à 1_500 euros environ pour une petite maison ou un grand appartement pour une famille et qui sont incorporés à la facture d'éléctricité, les habitants n'ayant d'autres choix que de payer ou rester sans éléctricité. Pire, selon la nouvelle législation, les personnes qui ne sont pas capables de payer peuvent être imprisonnées si leur dette atteint les 5_000 euros.

Le coût de la vie a aussi été gonflé par la TVA qui a été augmentée de 23% en...

Invités par le groupe de Perpignan, le vendredi 25 janvier 2013, les compagnons Gaspar Fuster (CNT), Oriol Rigola (Negres Tempestes) et Moisès Rial (CGT-E) sont venus nous entretenir de la situation sociale espagnole actuelle et des perspectives qui s’ouvrent aux révolutionnaires et aux libertaires dans la période.

Des chômeuses et des chômeurs,

sans compter_!

La crise sociale que le système capitaliste engendre, a privé d’emploi six millions de travailleurs et travailleuses en Espagne. Selon les instituts officiels, le taux de chômage a atteint en janvier 2013 le taux record de 26%. Les femmes sont les plus touchées et le chômage atteint près de 55% de la population des jeunes. Selon la Fundación de Estudios de Economía Aplicada (FEAA), 1 million de jeunes, âgé·e·s de 16 à 19 ans ne sont ni à l’école, ni employé·e·s. Ils et elles étaient moins de 400_000 il y a juste cinq ans.

Le gouvernement espagnol, prêt à faire des sacrifices sur le dos des plus...

Le samedi 16 février, nous étions plus de 2000 militant·e·s, membres d'association, commerçant·e·s ou simple lyonnais·e·s à manifester à Lyon contre les violences fascistes, à l'appel du Collectif de Vigilance contre l'extrême-droite. Depuis quelques années, l'augmentation de la misère sociale générée par le système capitaliste profite au développement des différents mouvements d'extrême droite. A Lyon, cela se cristallise actuellement autour du groupuscule « les identitaires », qui ont leur local dans le quartier du Vieux Lyon depuis 2011. Cette présence en centre ville a créé un climat de peur chez les habitant·e·s et commerçant·e·s du quartier, qui subissent des agressions à répétition. Les multiples tabassages par leurs membres ou sympathisants contre « les étrangers », « les gauchistes » ou « les pédés » ne se comptent plus.

Le Collectif de Vigilance contre l'extrême-droite, rassemblant partis, associations et organisations, dont la CGA Lyon, a une nouvelle fois prouvé...

 

Le 5e congrès de la Coordination des Groupes Anarchistes s’est déroulé du 1er au 3 novembre 2012 à Toulouges (66), avec l’objectif de permettre à notre organisation de poursuivre ses réflexions et affiner ses propositions au moment d’affronter des situations sociales d’une injustice criante, et de participer à — voire de proposer — des stratégies de luttes face à l’arrogance des banquiers, des patrons et des gouvernants.

 

Près d’une soixantaine de délégué·e·s se sont ainsi déplacé·e·s pour aborder les questions sociétales actuelles.

 

• « Face aux crises du capitalisme, construisons une alternative sociale », c’est le mot d’ordre de la CGA face à un système capitaliste qui ne peut produire que des inégalités et rendre inaccessible la satisfaction des besoins de base pour la grande majorité des...

 

Alors que des pays, comme la Hollande, ont déjà rendu légal le mariage entre deux personnes du même sexe depuis plus de 10 ans, les arriéré·e·s qui nous servent de député·e·s et de sénateur·trice·s hésitent encore, quand il·elle·s n'en sont pas réduit·e·s aux bonnes grosses brèves de comptoir tout droit sorties du rade le plus crado d'Hétéroland. Dernière en date ou en tout cas à qui j'adresse le prix de la meilleure sortie de l'année  2012 : Christine Boutin, la même vieille pie qui pleurait déjà en brandissant la Bible au Parlement pendant les débats sur le PACS. Ce coup-ci, ça donne : « Tout le monde a le droit de se marier. Les homosexuels peuvent se marier, mais ils doivent le faire avec une autre personne de l'autre sexe. » Si si, j'vous jure, elle a osé. Et je sens que les prochaines semaines vont nous gâter encore un peu. Voilà donc quelques pistes pour...

 

 À Toulouse, comme ailleurs…

 

Toulouse, le 8 octobre 2012, les habitant·e·s du dernier bâtiment réquisitionné par le CREA sont expulsé·e·s par les flics. Des moyens démesurés sont employés par la Préfecture pour vider la centaine d’habitant·e·s qui logeaient au 22, rue Demouilles. Hélicoptères, filins pour passer par le toit, une dizaine de cars de police, bouclage du quartier, le constat des habitant·e·s est clair : « Pour expulser, l’État trouve de l’argent ». Depuis plus d’un an, le CREA dans le cadre de sa campagne de réquisition de logements vides a vécu plusieurs expulsions de plus en plus musclées. En août c’était le lieu où le collectif avait installé un Centre Social Autogéré et plusieurs logements pour des familles à la rue qui avait été vidé et muré par les flics.

 

Juste avant l’hiver ce sont donc des...

 

Alors que les violences faites aux femmes sont quotidiennes, on peut regretter qu’une seule date soit retenue, depuis 1981, pour n’y concéder qu’un rappel en forme d’anniversaire. Autour du 25 novembre, dans le cadre de « la journée mondiale contre les violences faites aux femmes », partout où des manifestations et des rassemblements seront appelés à dénoncer les pratiques inhérentes au système de domination masculine, les groupes et liaisons de la Coordination des Groupes Anarchistes se mobiliseront et appellent à se mobiliser...

 

Nous insistons pour dire qu’avant et après cette date, il est nécessaire de tout mettre en oeuvre pour rappeler qu’en France, aujourd'hui une femme sur dix est victime de violences conjugales, une femme sur six est victime de viol. 206 viols sont à dénombrer quotidiennement !

 ...