Recherche

 

La représentativité syndicale tant débattue se résume aujourd’hui à un accommodement entre Etat (gouvernement), patronat et centrales syndicales à tendance hégémonique. Le partage du gâteau se fera à coup sur au détriment du syndicalisme revendicatif, autonome, autogestionnaire, à vocation révolutionnaire.

Exit les organisations ouvrières antiétatiques, anticapitalistes et fédéralistes ! L’heure est à la sacralisation du syndicalisme de « lobbies », un syndicalisme qui se passe aisément de luttes et y compris de militant-e-s.

Après le social, lieu temporel par excellence, osons une incursion dans le « spirituel ». La visite du pape à sa « fille aînée » ne souffre d’aucune contestation officielle. C’est que le religieux regagne du terrain et, avec lui, s’amorce une régression sans précédent des...

C’est un Sénégalais âgé de 22 ans environ, mesurant 1 m 80, portant des lunettes de vue rondes en métal. Cheveux crépus très courts, toujours bien habillé, parlant un français très châtié. Il dort le matin jusqu’à 12 heures au moins, et sort peu de peur d’être contrôlé par la police ». Voici comment en juin dernier une assistante sociale s’est transformée en parfaite agent d’une politique sécuritaire, en dénonçant à la police un homme rencontré au domicile d’une femme dont elle suit les enfants dans le cadre d’une mesure d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO). Tout à fait légitimée et encouragée par les orientations politiques que Sarkozy, entre autre, voudrait imposer dans le travail social depuis plusieurs années maintenant. De son avant-projet de loi de prévention de la délinquance en 2004, qui initiait l’obligation de signalement au maire de toute personne en difficulté sociale, éducative ou matérielle, à l’interpellation en...

Le gouvernement et le patronat, aidés en cela par les bureaucraties syndicales, particulièrement par les bureaucraties confédérales CGT et CFDT, sont décidés à liquider ce qui reste du syndicalisme d'action directe dans le mouvement ouvrier en France. Fer de lance de cette politique, à côté d'une mise sous tutelle par le biais des financements et du paritarisme, du noyautage des syndicats par des réseaux de pouvoir politiciens et bureaucratiques : la modification du « droit syndical » dans l'entreprise à travers la réforme de la représentativité syndicale (loi promulguée le 20 août, qui contenait par ailleurs un article remettant en cause les 35 heures).

 

« droit syndical » ou encadrement du syndicalisme ?

La législation concernant le droit syndical a toujours été...

Du 12 au 14 septembre dernier, Joseph Ratzinger, qui se fait appeler Sa Sainteté le pape Benoît XVI, est venu honorer la France de sa présence(1). Occasion pour les anarchistes de renouveler leur anticléricalisme et leur athéisme, plus que jamais d'actualité. Au delà du seul catholicisme et de son chef, ce sont non seulement toutes les religions, mais aussi toutes les croyances que nous fustigeons.

 

Des religions en progression dans le monde

Durant le règne de Jean-Paul II, le nombre de personnes se déclarant catholiques a chuté de 25%, tandis que seulement 4,5% de français-e-s sont considéré-es pratiquant-es, c'est à dire allant une fois par semaine à la messe(2). Raison de plus pour raviver la flamme sacrée là où les impies ne sont que trop nombreux ! Si le christianisme traditionnel n'est...

Le niveau macro social

Il est important de saisir la thématique pénitentiaire au niveau de l’importance et de l’espace qu’elle occupe dans la société occidentale actuelle. Elle se caractérise d'un côté par la perte d’acquis sociaux dans l’Education, la Santé etc., et d’un autre par le renforcement des lois sécuritaires et par le durcissement du traitement de la criminalité. Le sociologue Loïc Wacquant, spécialiste en sociologie urbaine, a travaillé sur ce sujet et nous fournit des analyses et des « réponses » importantes.

Son apport s’inscrit essentiellement dans la compréhension d’un certain nombre de thèmes : qui va en prison, comment l'état s'occupe aujourd'hui de ces questions et quelle est la responsabilité des médias dans le traitement de ces phénomènes.

...

Ils tuent. Et ils ont plusieurs flèches à leur arc destructeur.

Pour commencer, ils ont le loisir de dicter des lois à un pays et d'y tester quelques

modèles de dérégulations économiques. Cela s'appelle la liberté de la recherche.

Quand ça rate, au pire, la population n'a plus de toit ni de quoi se nourrir à sa faim.

Alors elle cherche autre chose, une alternative. On lui propose un sauveur charismatique qui a lui aussi galéré, à tel point qu'il est tout ravi de pouvoir à son tour diriger et réprimer. Et on recommence. D'autres fois, ils ne s'abaissent pas à tuer directement. Ça fait mauvais effet, à force. Alors, ils traquent, enferment,

humilient puis repoussent loin d'eux des êtres humains. Ces derniers, réduits à l'état de bêtes chassées, préfèrent se donner la mort elles-même.

...

Continuité de la lutte des sans-papiers

Depuis 1996, avec l'occupation de l'église Saint-Bernard, les sans papiers font régulièrement irruption sur le devant de la scène politique. Leurs luttes permettent de faire évoluer la perception qu'a la société des personnes sans-papiers.

La figure du « clandestin » fabriquée par les politiques anti-immigrés de gauche comme de droite qui ont accompagné les années d'émergence du FN, s'érode proportionnellement à la présence des luttes des sans-papiers. Le visage de ces luttes aussi s'est modifié. Ce n'est plus la figure du travailleur immigré des années 70 chez les OS dans l’industrie automobile ou chez les ouvriers agricoles. La nouvelle figure de la personne sans-papiers en lutte est celle issue des tensions créées par les politiques anti-immigrés des années Mitterand-Chirac. Ces politiques ont annihilées l'...

Ces dernières semaines, plus de 35 pays du sud ont été touchés simultanément par des "émeutes de la faim". Malgrès les progrès techniques et de savoir faire agricole, des millions de personnes souffrent et meurent encore de malnutrition. Ces révoltes spontannées sont du aux fortes augmentation des prix des nourritures de base au niveau mondial (riz, blé, etc.). Ces augmentations touchent dramatiquement les pays pauvres où 75% des revenus sont utilisés pour se nourir, contre 15% dans les pays riches. Et d'après l'ONU notamment, ces hausses vont se poursuivrent. La crise actuelle met en danger 100 millions de personnes en plus des 850 millions souffrant déjà de malnutrition...Une fois encore, le système capitaliste et sa mondialisation prouvent qu'ils sont incapable de répondre aux besoins fondamentaux des êtres humains alors que la planète peut fournir de quoi nourrir 12 milliards de personnes selon des estimations.

 

Il y a trois principales...

 

« La liberté, c’est le droit absolu de chaque être humain de ne point chercher d’autre sanction à ses actes que sa propre conscience, de ne les déterminer que par sa volonté propre, et de n’en être par conséquent, responsable que vis-à-vis de lui-même d’abord » M. Bakounine

 

De quelques sens du concept

Le contraste entre la liberté que la philosophie classique reconnaît à son essence et la servitude quotidienne où la tient son existence a conduit à dénoncer comme une duperie cette liberté prétendument inscrite dans la nature humaine.

Calvin, en associant la liberté aux disciplines exigées par l’ordre social, tenait...

Léo et Numa sont lycéens en première au lycée Pierre d'Aragon de Muret dans la banlieue Toulousaine. Ils ont été très impliqués dans les luttes de mars/avril/mai 2008 sur un lycée qui est le plus important de l'académie Midi-Pyrénées.

 

I&AL : Léo et Numa, comment a débuté votre lutte sur le lycée Pierre d'Aragon?

Numa : Vers la mi-mars les professeurs ont commencé à débrayer des classes pendant 1 heure pour ne pas perdre de jours de salaire. Nous on avait déjà bougé auparavant sur les projets de lois « Pécresse » avec les étudiants et tout ça... Donc on a commencé par créer quelques AG pour se mobiliser puis on a mis en place quelques actions symboliques comme l'enterrement de l'Éducation au rectorat...

I&AL : Rapidement, vous avez essayé de structurer...