Recherche

 

Lorsqu’elles et ils passèrent la frontière, au début 39, les femmes et les hommes qui fuyaient la barbarie franquiste étaient à l’identique issu-e-s d’un même pays et d’un même peuple.

Pour autant, leurs histoires personnelles et leurs engagements militants étaient loin de recouvrir les mêmes réalités sociales et le même but

En ces temps de commémoration officielle, il convient de préciser que, lorsque nous parlons de l’exil espagnol de 1939, ce n’est pas d’un exil « républicain » dont nous parlons.

Nos camarades espagnol-e-s, celles et ceux de la CNT...

Il est temps de faire un état des lieux sur le mouvement de grève des travailleurs sans-papiers (S-P) qui s'est déroulé l'an dernier et dont la dynamique continue de bousculer patrons et préfectures partout en France. Analyse et entretien avec un acteur de cette lutte :
Le mouvement de grève des travailleurs sans papiers s'est construit sur une base syndicale, appuyé par la CGT, Sud, la CNT et d’autres organisations comme Droits Devant. Ce mouvement s'est ancré grâce au travail de fond mené par ces militants syndicalistes et associatifs pour la reconnaissance des droits des salariés et résidents du territoire sans-papiers et s'est renforcé notamment suite à la vague importante de licenciements de travailleur/se-s S-P, découlant de la circulaire d’août 2007 qui prévoit un accroissement des sanctions contre les patrons employant des travailleur/se-s en situation jugée irrégulière. La circulaire de janvier 2008 permet, elle, d’obtenir une régularisation dans des professions « en...

Barbarie financière, terrorisme des Etats, précarité misérable des mal logés, déconstruction de l'Education nationale, les sujets abordés dans ce nouveau numéro d'Infos & Analyses Libertaires ne sont pas vraiment réjouissants. Les conséquences de l'éclatement de la dernière « bulle spéculative » en date vont peser lourd en 2009. Pour ceux et celles qui ne peuvent vivre que de leur force de travail, ce sera à coup sûr : des revenus en baisse, du travail en plus pour ceux qui garderont leur emploi, le chômage pour les autres. Comme on pouvait s'y attendre, les capitaines d'industrie profitent de l'aubaine pour déstocker, dégraisser afin de continuer d'engranger toujours plus de profits. Les gouvernements s'occupent de...

La « crise » permanente du logement

 

En France aujourd'hui, des millions de personnes sont mal logées, plus de 100 000 personnes sans domicile fixe, 337 SDF morts en 2008 faute de logement, des loyers de plus en plus chers, des centaines de milliers de logements insalubres, l'impossibilité de se loger décemment, alors que par ailleurs la France compte près de 2 millions de logements vacants.

 

A l'origine de cette « crise » permanente du logement, la recherche de profit propre au capitalisme, et sa conséquence, la spéculation. Pour faire monter les loyers, les propriétaires maintiennent des logements vides, alors que des millions de personnes en ont besoin, qu'une centaine de milliers de personnes dorment à la rue. Cette spéculation s'appuie sur le droit de propriété, et sur sa défense permanente par l'...

Au sein de la société autoritaire, inégalitaire et liberticide dans laquelle nous vivons, l’Etat opprime, contrôle et exploite le peuple. Pendant que les uns profitent des masses d’argent accumulées sur le dos des opprimés, les autres - celles et ceux qui bossent pour un salaire de misère - subissent la surveillance permanente des forces répressives ajoutées à des conditions de vie proprement scandaleuses.

Une telle situation ne peut durer éternellement sans que les gouvernants nous astreignent à une propagande intense que nous pouvons qualifier « d’idéologie dominante ».

En effet, malgré l’injustice extrême et la vie sans saveur imposées à la grande majorité des individus, aucune...

La crise : un désastre social

Depuis plus de 30 ans, le concept de crise (crise pétrolière de 73, Krach boursier de 87, crise du travail, des idéologies, de l'État-Providence, et aujourd'hui crise financière) est utilisé comme si celles-ci étaient provoquées par des forces invisibles qui agiraient hors du cadre, supposé harmonieux, du Capitalisme mondial. Pourtant, ces « crises » sont des phénomènes logiques inhérents au système capitaliste. Il s'agit de « crises d'adaptation » d'un système en mutation permanente, qui cherche à maintenir et accroître toujours plus le profit des classes dominantes. Elles permettent aux patrons de justifier les bas salaires, la précarité, les licenciements ou les délocalisations. Du côté des politiques, droite et gauche confondues, la crise est régulièrement utilisée pour faire apparaître tous les reculs sociaux comme quelque chose de nécessaire et d'inévitable.

La crise financière actuelle n'est pas quelque chose de...

Le gouvernement entend porter un coup fatal aux services publics dans leur ensemble, ses attaques sont d’autant plus violentes qu’il agit sous couvert de la crise, qui serait à l’origine de tous nos maux et nécessiterait tous les sacrifices. Bien sûr ce sont encore les salariés, précaires et chômeurs qui vont payer la note de cette politique, ce n’est pas l’avatar d’une crise en particulier mais une constante des politiques menées depuis trente ans par les gouvernements successifs, toutes étiquettes confondues.

Dans l’Education comme à la SNCF, ils veulent mater la révolte que fait naître cette politique inique. Ceux qui ont encore des moyens d’agir agacent prodigieusement les gouvernants qui n’auront de cesse de réduire à peau de chagrin les possibilités d’organisation d’un mouvement social autonome.

 

Marche au pas et tais-toi

C’est pourquoi les dirigeants veulent faire...

article_0909-TOU02-FREESCALE.jpg

À Freescale comme ailleurs, l'État défend le Capital

Jeudi 17 septembre le tribunal a autorisé la direction de Freescale à recourir à la force publique pour rétablir la libre circulation des marchandises produites dans l'usine de Toulouse, ce qu’elle a fait dès le vendredi matin. Les salarié-e-s en grève depuis deux semaines ont décidé de maintenir les piquets de grève aux entrées de l'usine tout en levant le blocus afin d'éviter l'affrontement avec les CRS. On peut compter sur la vitalité et la détermination des travailleurs en lutte pour mener d'autres actions dans les jours qui viennent, en particulier en convergence avec les autres boites mobilisées de la zone.

La CGA est solidaire de tous les salarié-e-s qui refusent la fatalité des licenciements et qui par leurs actions montrent clairement qu'ils ne sont pas dupes des discours qu'on leur sert sur la crise et les adaptations nécessaires à la reprise.

Les choses sont extrêmement claires aujourd'...