Recherche

 

Freescale (ex Motorola) à Toulouse, Caterpillar à Grenoble, Molex à Villemur, Continental à Clairoix, autant d’entreprises dont les noms évoquent aujourd’hui les plans de licenciements et de fermetures de site qui frappent de plus en plus en plus de salarié-es depuis qu’à éclaté la dernière crise. La Crise, qui nous dit-on, est à la source des difficultés de trésorerie des entreprises qui licencient, qui usent et abusent du chômage partiel.

La ficelle est si grosse, les propagandes patronales et étatiques sont si grotesques que la plupart des salarié-es ne se font aucune illusion sur leur sort à l’issue des plans « sociaux ».  Il n’y a guère que les directions syndicales pour croire ou pour nous faire croire qu’il pourrait y avoir quelque part une volonté de sauver des emplois. Les travailleurs et les travailleuses qui ne vivent que du fruit de leur labeur ont bien compris que le patronat et en particulier celui des grandes entreprises multinationales n’agit que...

L'autogestion c'est le moyen par lequel, dans un groupe ou une collectivité, les décisions sont prises directement par les membres du groupe ou de la collectivité et par personne d'autre. Au niveau pratique, cette démarche favorise l'aptitude à s'organiser sans dirigeants, la transparence des décisions prises par le groupe et un fonctionnement horizontal avec mise en place de la démocratie directe.
Cette année encore, les étudiants se mobilisent contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) et plus généralement contre tout un processus visant à privatiser le système universitaire. Ce combat contre la fac du capital met bien en avant le ras-le-bol de la jeunesse face à un État qui tend toujours plus à formater une masse au service des plus riches, à fabriquer de la chair à patrons.
Nous, anarchistes, ne pouvons que nous enthousiasmer pour la lutte des étudiants contre le capitalisme et contre l'ordre établi. Lutte encore plus remarquable et...

Les élections européennes approchent et se profilent avec elles un nouveau lot d'espoirs déçus, de promesses non tenues, de tripatouillages politiciens, d'abdications dans la volonté de prendre nos vies en main et de construire des luttes sociales d'envergure.

A travers toute l'Europe, la racaille capitaliste et étatique brise de plus en plus la vitrine de l'État-social, démantèle petit à petit tout ce qui reste de conquêtes sociales et ré-organise une nouvelle distribution vers les plus riches, alors que les opprimé-e-s s'appauvrissent et subissent leur violence quotidiennement. Tout ce qui reste du  service public se vend, le chômage et la précarité montent en flèche, les conditions de vie des classes populaires se détériorent en même temps que les bénéfices de la bourgeoisie  augmentent, les politicien-ne-s et leurs chiens de garde exercent de plus en plus de contrôle sur nos vies.
Ces mesures  ne sont pas mises en place dans toute l'Europe par...

Aujourd’hui, les droits économiques, sociaux et culturels des femmes sont en régression et celles-ci sont particulièrement touchées par la précarité, la pauvreté et les violences. L’ordre moral est de retour, ne nous y trompons pas : si les propos du Pape sur le préservatif, prononcés sur le continent le plus sévèrement touché par le sida, font scandale, à juste titre, ceci ne doit pas masquer une véritable offensive actuelle, notamment menée par l'État, contre les femmes.

Les attaques contre le droit à l'avortement se multiplient : deux décrets d’août 2008, donnant un début de statut juridique au fœtus, permettent d’inscrire un enfant mort-né au livret de famille, sans délai de gestation. Les associations anti-avortement se frottent les mains : ces décrets ouvrent la voie juridique à la repénalisation de l'avortement, comme l’amendement Garraud en mars 2003 qui proposait un « délit d’IVG » dans le cadre de la loi Perben et qui fut rejeté par le Sénat en janvier 2004. L'...

Le camp No Border de Calais est un projet mené par des militantEs françaisES et belges, et des groupes de soutien français en coopération avec le réseau No Borders britannique. Il vise à mettre en lumière la situation à Calais et dans le nord de la France, à construire des liens avec les communautés de migrantEs, à contribuer à développer les liens entre les groupes qui les soutiennent, et enfin défi à défier les autorités sur le terrain pour protester contre la répression croissante contre les migrantEs et les militantEs de la région.

Le camp revendique la liberté de circulation pour tous et toutes, la fin des frontières et des contrôles migratoires. Nous appelons à un mouvement radical contre les systèmes de contrôle qui nous divisent entre citoyenNEs et non-citoyenNEs, entre avec et sans papiers.

*Pourquoi Calais ?*
Nous avons choisi Calais pour deux raisons essentielles. C'est un lieu important dans l'histoire du développement des...

Le moins qu'on puisse constater au vu de l'actualité sociale et économique, c'est qu'on est en pleine  lutte des classes en ce moment. Le patronat et la bourgeoisie aux affaires mènent l'offensive tous azimuts. Après plus de cinq semaines de grève générale et un syndicaliste assassiné, les travailleurs de Guadeloupe se heurtent toujours au pouvoir des patrons et de l'Etat. Dans l'industrie automobile, les patrons font payer la « crise » aux salariés et aux contribuables. La dernière trouvaille de Renault et de Continental c'est de faire pression sur les salariés en forfait jours pour qu'ils financent eux-mêmes leur mise au chômage partiel en renonçant à des jours de congés, ils appellent ça de la « solidarité ». Piquer dans la poche des gens en leur mettant la pression pour renflouer sa trésorerie et maintenir son train de vie n'est pourtant rien d'autre que du racket. Ce qu'on nous présente comme les conséquences de « la crise », c'est tout simplement de l'extorsion de fonds...

Forte de la réussite médiatique de son casting électoral en la personne d’un jeune facteur « sympa », et des subsides d’Etat tombant dans ses caisses, la LCR poursuit sa stratégie racoleuse visant à distancer définitivement ses concurrents trotskistes, LO qui peine à sortir de ses rigidités monacales et le PT devenu POI spécialisé dans l’entrisme autant qu'à prendre la place d’un PC moribond, à la gauche d’un PS droitisé et cogestionnaire du capitalisme. Le créneau est porteur qui voit des transfuges de la social-démocratie essayer de récupérer les voix des déçus de la social-démocrate en une prolifération de nouveau partis « de gauche », PG, NEP, et de fronts communs.
La Ligue a une longueur d’avance et tente de rebondir après l’échec (du contrôle) de la candidature unitaire anti-libérale lors de la présidentielle de 2007. Pour cela, elle tente d’amalgamer dans un nouveau parti toutes les forces politiques qui s’opposent au libéralisme économique, de récupérer tous les...

Un bilan catastrophique : la santé se noie.
Le service public de santé va mal : depuis plusieurs mois, les différents professionnels tirent la sonnette d'alarme : manque de personnel dans la plupart des services, pour toutes les catégories ( infirmières, aides-soignantes, agents de service, médecins, assistantes sociales,
secrétaires médicales)...
Le manque d'effectif, avec des services qui tournent de façon permanente en sous-effectif, c'est une mise en danger de la vie des patients, des fermetures de lits ou même de services. Le manque de lits dans une région ou dans un hôpital, signifie l'ajournement d'hospitalisations, des délais importants pour obtenir un lit, par exemple dans les services de gériatrie, des heures, voire des jours, dans les couloirs des services d'urgence sur des brancards inconfortables, des ambulances qui tournent des heures , les médecins qui passent trop de temps à négocier un lit au lieu d'être auprès des malades ...
A...

Elisée Reclus a écrit: « l'anarchie est la plus haute expression de l'ordre ». Si cette idée peut paraître farfelue au premier abord à celles et ceux qui ne connaissent pas du tout l'anarchisme, c'est parce qu'elle heurte le préjugé selon lequel l'Etat est garant de l'ordre et de la justice. C'est parce que nous pensons précisément le contraire que nous sommes anarchistes. Pour nous, toute l'histoire humaine montre que c'est la hiérarchie sous toutes ses formes qui génère de l'injustice et donc du désordre. Nous pensons que plus le pouvoir est concentré entre peu de mains plus l'injustice qui en découle est puissante. Aussi, l'Etat est la forme typique et parfaite de la domination de quelques-un-es sur tous les autres. Nous pensons au contraire que la justice sociale c'est à dire l'égalité d'accès à tous les biens matériels et immatériels (et en particulier l'accès au pouvoir de décision) est la seule chose qui fait reculer le chaos et la violence. L'ordre ce n'est pas la police, c...