Recherche

 

L’affaire DSK, comme symbole du sexisme et révélateur de la complicité de classe

Solidarités masculines, de classe, complaisances, confusions, propos sexistes et misogynes, voilà ce qui apparaît dans les médias quand un patron du FMI est accusé de viol par une femme de chambre. La tonalité des commentaires sur l’affaire DSK est symptomatique d’une société qui maintien le viol dans le tabou et protège les puissants. Elle aura mis en lumière le mépris à l’égard de la parole des femmes et la solidarité de classe qui domine l’espace public.

La complicité de la presse bourgeoise :

Dans la bouche de journalistes, d’ex patron de presse ou de politicien-nes, la spontanéité des réactions en dit long : DSK serait un « libertin », un « séducteur », il ne s’agirait pas d’un viol mais d’un « troussage de domestique », ou encore cette réaction spontanée d’une...

Ni les vingt chefs des États les plus riches de la planète, ni les opposants au sommet n'ont particulièrement brillé à l'occasion de la tenue du G20 en France.

Côté chefs d'État, malgré la prétention de faire du G20 un outil de gouvernance mondiale, peu de décisions majeures ont été prises. Si tous sont d'accord sur la fonction qu'ils donnent aux décisions qu'ils prennent, à savoir favoriser l'expansion et la stabilité du capitalisme, aucun ne souhaite trop lâcher sur ses intérêts propres dans la concurrence que se mènent les différentes grandes zones économiques. Aucune solution capitaliste miraculeuse non plus à sortir du chapeau pour faire face à la crise économique et financière.

Pour sauver les apparences, à défaut de mesures, quelques engagements ont été présentés au monde. Celui de favoriser l'augmentation de la demande intérieure du marché chinois pour booster la...

Alors que le Japon a subi une catastrophe majeure, la centrale de Fukushima est toujours confrontée à un accident nucléaire dont le niveau de gravité a atteint celui de Tchernobyl en terme de pollution radioactive et donc de nocivité à court comme à long terme.

Alors que dans le monde entier s'élèvent à nouveau les voix remettant en cause le nucléaire, la classe politique française et le complexe militaro-industriel nucléaire font preuve d'un déni comparable à ceux qui, en 1986, prétendaient que le « nuage radioactif s'était arrêté aux frontières », ou comparaient les opposants au nucléaire à des partisans du « retour à la bougie ». Alors que les gouvernements allemands et suisses craignant les réactions de leurs opinions publiques ont déjà pris de timides mesures pour geler leur programme nucléaire, les élites nucléocrates françaises ont choisi la fuite en avant en affirmant que la catastrophe de Fukushima ne remettait absolument pas en cause la...

Des valises de billets venues d'une dictature d'Afrique tout droit chez Chirac, Villepin et Le Pen ? Ça alors ! De l'argent en liquide remis en main propre à Sarkozy chez Liliane Bettancourt ? Non ! Impossible !

Ça ce sont les dernières nouvelles de la vie que mènent les "élu-e-s du peuple" dans le dos du peuple qui les élit. Faut-il ressortir les dossiers de tous les hommes et femmes politiques pour convaincre enfin que nous, les travailleurs et les travailleuses avons intérêt à nous abstenir à chaque échéance électorale et à entrer en lutte ouverte avec le patronat et la classe politique qui ne sont que les deux faces de la même médaille : la domination de classe ?

En tout cas, la campagne électorale pour la présidentielle de 2012 est lancée. Et la classe dominante, elle, ne va manquer de déployer sa propagande habituelle pour nous convaincre du contraire. Pour nous convaincre que nous sommes trop incompétent-e-s pour savoir ce...

  A Balma, près de Toulouse, un nouveau centre AFPA a ouvert depuis l'été 2009. A ce moment-là, les gestionnaires de la cantine prévoient de servir 110.000 repas par an. Selon les critères de rentabilité de Sodexo (il faut être vendable...), on divise le nombre de repas par 14.000 et on obtient le nombre de salariés nécessaires au fonctionnement de la cantine, soit 7,8!

Ces prévisions s'avéreront excessives. Au grès des opportunités, des réductions d'effectifs sont opérées pour être au plus près des quotas imposés par la technocratie centralisée. L'équipe des cuisines est en danger. Elle le voit, le sent, le vit chaque jour, et sait qu'il lui faudra un jour dire STOP. Ce sera le 31 Mars 2011, jour où le contrat CDD 17h par semaine du plongeur n'est pas renouvelé.

Lundi 4 Avril : Les 5 salariés de la cantine sont en grève, à la surprise des autres salariés. La revendication initiale est simple : Vous...

La réquisition d’un lieu pour les grands précaires et le centre social autogéré de Toulouse :

31 mars 2011, comme chaque année à l’issue de la période hivernale, plusieurs centres d’hébergement ferment et remettent à la rue les personnes qui y sont accueillies faute de financements de l’Etat. A Toulouse l’hiver a été particulièrement rude, 22 personnes à la rue sont mortes. Le 115 est saturé d’appels et laisse sans solution d’hébergement une centaine de personnes chaque jour dont des familles. Contrairement à ce que suppose la logique étatique, on sait que l’été n’est pas plus facile à la rue. La mortalité y est tout aussi importante qu’en l’hiver notamment pour cause de déshydratation.

 

La révolte des travailleurs sociaux Toulousains

Le GPS...

 

Notre regard est celui d'anarchistes organisés qui participent aux mouvements sociaux pour peser le plus possible sur leurs cours. Nous n'avons pas été acteur/actrice du mouvement des Indignados en Espagne. Par contre nous nous y sommes beaucoup intéressé-e-s et avons participé à quelques assemblées et manifestations barcelonaises. Notre point de vue est certes extérieur à ce mouvement mais il est quand même le fruit de rencontres riches et d'observations passionnantes.

 

Un contexte social particulier

 

Le contexte social espagnol est de plus en plus compliqué : se loger correctement devient un luxe, près de 45% des jeunes sont au chômage, la précarité augmente toujours plus, les conditions de boulot se dégradent pour tous les autres, les coupes budgétaires touchent de plein fouet les secteurs du social, de l'...

10 ans se sont écoulés depuis le 27ième sommet du G8, à Gênes. Le gouvernement italien avait organisé face aux manifestations du contre-sommet, une répression sans précédent soldée par un mort, Carlos Giuliani, et des centaines de manifestant-e-s arrêté-e-s, séquestré-e-s, violenté-e-s, humilié-e-s, pendant plusieurs jours. La justice de l'État italien, 7 ans après les faits, a jugé que le policier n'avait pas tiré à bout portant sur le jeune manifestant mais que la balle avait ricoché sur une pierre. Il n'y a eu quasiment aucune poursuite. Certains policiers ont même été promus.

 

10 ans après, le constat est amer face aux tenant-e-s du système qui ne cessent d'augmenter leurs bénéfices aidés par les partis politiques au pouvoir en additionnant toujours plus des...

21 septembre 2001, peu après 10 heures, une énorme explosion mettait Toulouse sens dessus dessous. Une trentaine de morts, près d’un millier de blessés graves, des milliers de blessés, des dizaines de milliers de personnes qui ont échappé de peu aux projections de débris en tous genres, l’explosion d’un hangar de stockage du complexe chimique d’AZF venait de ravager la ville rose.

Les dégâts matériels se chiffreront en milliards d’Euros, les dégâts humains eux ne seront pas comptabilisés. La proximité avec les attentats du 11 septembre aux États-Unis, alimentera les rumeurs les plus folles quant à l’origine de l’explosion. Le procès hors norme qui s’est déroulé quelques années plus tard a évidemment accouché d’une souris :Total, exploitant du site, s’en est sorti sans grand dommage, comme on pouvait s’en douter.

Reconnaître la responsabilité du puissant groupe industriel aurait également entraîné la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat. Les...

Plus que jamais les enjeux économiques et sociaux sont énormes. Tous les thèmes de campagnes sont des problèmes qui s'enracinent dans le système économique capitaliste et qui ne peuvent être résolus sans sortie du capitalisme. Tous les problèmes que rencontrent les travailleurs et les travailleuses sont des conséquences du capitalisme mis tous les partis qui vont présenter un candidat ou une candidate à cette élection nous proposent encore une grosse louche de capitalisme. La gauche et la droite sont depuis longtemps tout acquis au capitalisme et même à sa variante ultralibérale. Et pour ce qui est de la « gaude de la gauche » ou de la « gauche de la gauche de la gauche » (on ira loin dans les nouvelles appellations au fur et à mesure des trahisons électorales) il n'y a guère qu'en vue de la présidentielle de 1981 qu'elle pouvait encore s'engager faire sortir la France du capitalisme en cinq ans. Désormais, plus personne n'y croirait, et à raison. Aussi,...