Recherche

 

Un exemple d’insertion sociale des militant-e-s anarchistes dans les luttes pour le logement

Après la mort de six migrant-e-s dans lincendie de leur immeuble, en...

Sans nul doute, le business du logement est bien le moyen le plus efficace pour « pomper » le fric du prolo et alimenter le compte en banque du proprio. Mieux que le salariat, plus dodu, plus gras. Nombre d'entre nous en conviendrons : le loyer est un poste mensuel conséquent dans nos budgets. Il est qualifié de loyer « à fond perdu » par les professionnels de la location... Pas perdu pour tout le monde, mais définitivement pour le payeur...

 

Le logement, une denrée rare... et chère !

Le logement, dans l'histoire, a toujours été représentatif du statut social. Il y eut les esclaves et les serviteurs qui habitaient chez leur maître, et qui n'avaient pas d'habitation personnelle. Il y eut les serfs, locataires d'un lopin de terre appartenant au...

La police tue

Dans la soirée du 31 décembre 2011, suite à un jet de pierre sur une voiture de police, Wissam El Yamni, 30 ans, est intercepté par au moins neuf véhicules de police ! Ce sont donc environ 19 fonctionnaires de police qui ont procédé à l'arrestation d'un seul homme non armé. Les témoins directs décrivent une scène qui glace le sang. Les flics rouent de coups Wissam menotté au sol avec de la musique Funk à fond dans le poste de leur voiture de fonction. Le jeune homme est ensuite embarqué dans une voiture canine sans que l'on sache vraiment s'il a été laissé ou non au contact d'un chien le temps du transport. Le lendemain Wissam est à l'hôpital, plongé dans un coma profond.

 

La police ment

La police annonce immédiatement une version des faits qui l'arrange en mobilisant la « théorie du guet-apens ». Affirmation immédiatement contestée par les amis de Wissam qui postent sur Youtube une...

Ce texte sera le premier d’une série qui pourrait s’intituler : « La prison, ou la criminalisation de la pauvreté ».

L’article publié ce jour explique comment, à partir du siècle des Lumières, on voit la prison devenir une véritable entreprise d’orthopédie sociale, tout en prenant une place privilégiée dans la société de surveillance qu’est devenu le monde occidental au début du 21ème siècle.

Dans les prochains IAL, nous essayerons de traiter les points suivants :

* La prison comme solution d’un problème économique.

* Réinsertion ou récidive ?

* Pour une abolition des prisons....

« Combattre aux côtés des opprimés en leur laissant l'initiative de leur discours et de leurs actions. »

(E. Malatesta)

 

L'histoire de l'anarchisme nous laisse entrevoir un milieu peuplé d'hommes, où seuls les hommes se révoltent, où seuls les hommes ont le droit, et la volonté, de conquérir leur liberté. Un milieu anarchiste dans lequel la place des femmes a longtemps été marginalisée, voire niée. Des femmes telles que Louise Michel, Emma Goldman, Séverine, Voltairine de Cleyre, May Picqueray continuent d'être traitées comme des exceptions qui viendraient confirmer la règle, laissant ainsi la plupart des femmes anarchistes dans l'ombre. L'anarchisme serait-il l'apanage des hommes? Bien trop souvent ceux-ci ont parlé à la place des femmes, cherchant à définir leur rôle dans ce monde et dans des milieux anarchistes pensés par et pour les hommes.

La femme selon P.-J. Proudhon est « courtisane ou ménagère », pute...

TAV signifie Train A grande Vitesse, c’est ainsi que côté italien est désigné le projet de ligne devant relier Turin à Lyon, qui est lui même inscrit dans un plan plus général international, afin de relier Kiev a Madrid en une dizaine d’heures. Une accélération faite de la sueur et du sang de l’exploitation et de la dépossession des vivants.

La gestion, c’est à dire le contrôle de la circulation des flux (qu’ils soient composés d’objets, de vivants, de marchandises ou de leur vecteur) est une des pièces essentielle du capitalisme industriel intégré et mondialisé (comme les lignes THT, les aéroports, les autoroutes et les hydrocarbures de schiste...). Cela fait 20 ans déjà que mafia, patrons d’industries et gouvernements se succèdent pour réaliser cet objectif à l’encontre de la population locale.

Une des zones les plus emblématiques de la lutte contre le TAV se situe en Italie dans le Val de Suse, bien qu...

Etat des lieux

Environ 200 000 titres de séjour sont délivrés chaque année dont un tiers avec la mention « étudiant ». Pour l'obtenir, l'étudiant étranger doit justifier d’une inscription dans un établissement supérieur, de conditions de ressources financières suffisantes, avoir obtenu un visa « long séjour »…Récemment les conditions d'obtention et de renouvellement se sont endurcies : l'étudiant étranger (hors UE) doit justifier d'une somme mensuelle de 615 euros, et le changement de statut pour passer d' « étudiant » à « salarié » passe de 70 à 340 euros! Ces lois sont dans la prolongation de la Circulaire Guéant du 31 mai 2011 qui rend quasi-impossible ce changement de statut. Plus généralement, les lenteurs et retards de délivrance mettent les étudiants dans des situations...

Le groupe de la région parisienne de la Coordination des Groupes Anarchistes apporte son soutien aux enfants et aux proches d’Ecatarina et de N’gudi victimes directes des politiques du logement.

 

Mairies, état et partis organisent l’union sacrée pour défendre le droit de propriété cher aux capitalistes. En plus de permettre la mise en place d’un racket généralisé des travailleur-euses par des loyers exorbitants, cette politique antisociale laisse de côté des franges de plus en plus importantes de travailleur-euses, avec ou sans papiers, bien souvent victimes du système raciste. La crise du système capitaliste ne change rien à cette donne, au contraire : l’état se place toujours davantage comme main de fer des propriétaires. L’annonce d’une hausse des expulsions de celles et ceux qui n’arrivent plus à payer leur loyer, la multiplication des expulsions des personnes sans bail, laissent entrevoir comment face à la crise, tout sera fait pour que les profits, les...

Depuis bien longtemps les anarchistes ont mis en garde contre le retour de l'extrême-droite que le développement des inégalités et de la pauvreté ne manquerait pas de provoquer. Depuis toujours ils et elles considèrent que lorsque la société s'appauvrit au bénéfice de la classe dominante, l'autoritarisme finit par apparaître comme une issue (illusoire bien entendu) pour les exploité-e-s, et comme un dispositif d'auto-défense pour les exploiteurs-euses. Ce mécanisme imparable, on le retrouve partout dans le monde. Mais en Europe, cet "autoritarisme de crise" a la particularité, plus qu'ailleurs, de s'être toujours appuyé sur le racisme. Nous savons toutes et tous ce que cela signifie et par conséquent que nous devons toutes et tous en tirer des conclusions en terme de vigilance et de réaction, car aujourd'hui l'extrême-droite marque un retour évident partout en Europe.

Et pourtant, aujourd'hui, nombreux sont celles et ceux qui s'étonnent de la vigueur avec laquelle le...

ENFERMER, UNE MAUVAISE IDEE PAS TRES JEUNE

Le progressif triomphe de la bourgeoisie à partir des XVIIe et XVIIIe siècles s'est accompagné de nouvelles normes et de nouvelles formes de répression. Il s'agissait de cadrer les classes populaires, de les «adapter» de force à la nouvelle organisation sociale.

Pour cela l'Etat a eu recours, tant à l'égard des adultes que des jeunes, à l'enfermement. Du simple emprisonnement avec les adultes à la création de taules réservées aux jeunes, de la maison de correction aux «prisons-écoles» en passant par les fameuses colonies pénitentiaires ou correctionnelles, l'idée générale et séculaire est de mater la révolte juvénile. La traque à l'apache, au blouson noir ou aux bandes de quartier traduit une peur constante de la jeunesse en plus de la traditionnelle peur de classe. Publiques ou privées, le but de ces structures était d'écarter les déviant-e-s et façonner des êtres compatibles avec les nouvelles normes de production dans une...