Recherche

 

Pour les anarchistes, aborder la question du syndicalisme, c’est défendre et favoriser les aspects qui fondaient (et fondent toujours) le syndicalisme, à savoir son autonomie et son indépendance.

La CGT des origines et ses bourses du travail (1895) ainsi que la chartre d’Amiens (1906) sont là pour témoigner de cette réalité.

Pour autant, nous devons aborder cette question en prenant certaines précautions d’usage, identiques à celles qui prévalent et/ou qui s’avèrent nécessaires quand nous abordons les problèmes liés aux dysfonctionnement et dérives inhérents au modèle « politicien » en acte.

Une nuance existe pourtant entre ces deux aspects de la contestation sociale : les fondements originels du syndicalisme qui, répétons-le, ne sont pas pour effrayer les anarchistes que nous sommes, sont aux...

Dans le contexte de crise que nous subissons, les fascistes prospèrent. Les succès du Front National (FN) en France, l'accession des néo-nazis de l'Aube dorée au parlement grec, le retour au pouvoir des nationalistes hongrois derrière Victor Orban dont les milices fascistes de la Magyar Gárda (Garde Hongroise) mènent de véritables ratonnades contre les Rroms, ne sont que de tristes exemples de cette montée en puissance de l'extrême droite en Europe. Ils prolongent et accompagnent d'ailleurs la droitisation des gouvernements et des principaux partis qui ne cessent de stigmatiser les immigréEs comme bouc émissaires tout en détruisant les services publics utiles au moment même où les populations en ont le plus besoin.

 

Le faux tournant social de l'extrême droite

...

    Idée reçue n°1 : « les riches se serrent la ceinture comme les pauvres ; les efforts sont partagés » -

C’est complètement faux. Quand on examine attentivement le contenu des différents plans d'austérité qui ont été imposés en Europe depuis 2009, on voit clairement que se sont les pauvres et les travailleurs/euses dans leur ensemble qui payent la crise, pas les possédants ni les ministres. Si on regarde le détail de ces plans, on voit apparaître un résumé de beaucoup d'attaques qu'ont eu à subir les travailleurs depuis 30 ans. Ce ne sont pas des sacrifices, c'est une offensive capitaliste généralisée :

    Attaques contre les travailleurs/euses du secteur public : C'est une constante de ces plans d'austérité. C'est là où se concentrent une...

Les politiciens et les politiciennes constituent bel et bien une classe sociale à part entière, c'est à dire un groupe social qui a des intérêts objectifs à défendre. Le meilleur moyen de s'en rendre compte, c'est de se pencher sur les privilèges que cette classe s'est auto-attribués au fil du temps. Les élu-e-s constituent une classe dominante car ils/elles jouissent du privilège de pouvoir décider au nom (et à la place) de la société dans son ensemble. Comment s'étonner dès lors qu'ils se fassent rois ?

Chacun sait plus ou moins confusément qu'ils/elles jouissent de privilèges mais personne ne sait précisément lesquels. Or, ça en vaut la peine, car s'il est vrai que ces privilèges n'ont guère de poids à l’échelle macro-économique, sur le plan éthique, ils sont parfaitement révoltants.

Ils démontrent par leur existence même que la spécialisation des tâches politiques dans une société est incapable de satisfaire l'intérêt général, fusse dans un système...

Au moment de rédiger cet édito, les élections législatives de juin 2012 ne se sont pas encore déroulées…

Et pourtant une chose est sûre : les lendemains d’élections ne contredisent en rien l’adage qui veut « qu’elles se suivent et (malheureusement) se ressemblent. » Mais de cela nous n’en doutions pas.

Les sondages, les déclarations plus tonitruantes les unes que les autres, les boniments, les coups bas, les aveux « la main sur le cœur », rien ne nous a été épargné. Même les « petits » candidats ont sacrifié au rituel des promesses illusoires.

Il est vrai que leur participation à la mascarade électoraliste supposait d’emblée une acceptation des règles du « jeu » et ces règles, ne l’oublions pas, ont été édictées par les tenants du...

Il y a tout lieu de penser que les électeurs qui ont porté François Hollande au pouvoir le 6 mai dernier lui offriront une majorité à forte dominante socialiste. A l'heure où nous bouclons ce numéro d'Infos & Analyses Libertaires, la campagne pour les législatives commence. La concurrence médiatique sera rude : en même temps il y a Roland Garros et le Festival de Cannes...

Plus sérieusement, le nouveau gouvernement est formé et sauf surprise électorale, il ne devrait pas changer notablement après les législatives de juin.

Pour être honnêtes, les anarchistes, qui ne placent pas leurs espoirs de changement dans les urnes, sont quand même assez contents de voir dégager l'équipe sortante. Ces fossoyeurs des services publics, ces jetsetteurs arrogants, cette bande organisée d'affairistes qui ont mis le pays en...

Depuis plus de trente années, une scission au sein du Mouvement libertaire espagnol (la scission CNT/CGT remonte à 1979), a nui gravement au développement de ce courant révolutionnaire outre-Pyrénées.

Les désaccords et conflits qui ont jalonné cette période ont trouvé leurs racines au travers de questions de légitimité (être chacune l’héritière exclusive du courant anarcho-syndicaliste historique) et donc aussi d’identité.

Les divergences d’orientation, de pratiques, de conception de l’action anarcho-syndicaliste dans l’entreprise et dans l’ensemble de la société sont venues alimenter ces querelles.

Dire qu’aujourd’hui tout cela n’est qu’histoire ancienne relèverait d’une légèreté impardonnable d’appréciation. Ainsi, pour le 1er Mai à Madrid, malgré les tentatives unitaires lancées par Solidaridad...

La dynamique de lutte en cours, comme tous les processus de lutte de masse caractéristiques des périodes de rupture, se caractérise par un certain nombre d’aspects libertaires, présents plus ou moins fortement selon les situations locales :

 

_ L’autonomie des luttes populaires : les luttes qui se sont développées sont parties de la base. Et pour cause, les organisations traditionnelles (syndicats, partis) ont été pour tout ou partie intégrées par le pouvoir, ou liquidées par la répression dans les 30 dernières années, en Afrique du Nord, au Proche et au Moyen Orient. Si des syndicats alternatifs ou de nouveaux courants politiques ont émergé, ils n’ont pu le faire qu’en dehors des circuits traditionnels du pouvoir.

Les structures traditionnelles, mêmes celles qui se revendiquaient progressistes, toutes dépassées ou intégrées, ont au mieux regardé de loin un mouvement qui se développait en dehors d’elles, ou au pire l'...

Dès le début des révoltes populaires, la thématique du complot a été brandie par toutes les forces contre-révolutionnaires.

 

Pour les uns, les mouvements de révoltes ne pouvaient être que l’œuvre d’une « manipulation impérialiste », un « complot sioniste » ; pour les autres un « complot islamiste ». En Syrie, le régime, relayé en France par ses partisan-e-s, allant des « marxistes décomposés » aux nationalistes révolutionnaires proches du GUD et d’Alain soral regroupé autour du site « infosyrie », a accusé les insurgé-e-s d’être des « bandes armées salafistes » soutenues par l’Arabie Saoudite, le Qatar ou Israel. En Iran, le régime, confrontée aux luttes populaires, a développé le même type de discours.

En Arabie Saoudite, au Bahrein , au contraire, c’est l’Iran qui est accusé de manipuler en sous main.

En réalité, à chaque...

Ces dernière années ont été marquées, à l’échelle internationale, à la fois par la crise capitaliste et par la reprise d’un cycle de lutte dont les prémisses remontent sans doute à la révolte populaire en Argentine suite à la crise de 2001. Cette montée en puissance des luttes à l’échelle internationale, qui s’exprime sur tous les continents, a connu un développement particulièrement vigoureux et porteur d’enseignements en Afrique du Nord, au Proche et au Moyen Orient, du mouvement populaire iranien en 2009 à la révolte syrienne.

 

L'anéantissement en acte de la théorie du « choc des civilisations ».

 

En Tunisie, la chute de Ben Ali a fait suite à l'extension de la révolte populaire. La vague de grèves, manifestations et de révoltes qui a suivi en Afrique du nord et au proche et moyen orient a fait voler en éclat l'idéologie du « choc des...