Recherche

 

Du 08 au 12 août 2012 s'est tenue à Saint-Imier (Jura Bernois, CH) une rencontre internationale des libertaires1. Il s'agissait en fait d'une commémoration de la première internationale anti-autoritaire qui fut organisée en 1872 en réponse à l'internationale de Marx2. Beaucoup des débats et événements organisés cet été à Saint-Imier ont permis de poser des états des lieux ou d'affirmer des positions. Pour autant, des espaces traitant de la lutte en France et dans le monde ont aussi existé, nous y avons échangé sur notre volonté de nous organiser, de peser sur la société dans laquelle nous vivons et d'élaborer des stratégies en conséquence.

 

De toutes ces journées, le lieu d'élaboration régulier et privilégié a été les...

1. La conception et la réalisation des prisons

En France, depuis environ vingt-cinq ans, on assiste à une double évolution. D’une part, le discours ambiant, qui, malgré les promesses électorales, a été repris par l’actuelle Garde des Sceaux Christiane Taubira, a pour objectif d’envoyer en prison des personnes dont on sait qu’elles en sortiront pire qu’à leur entrée : petits délinquants, toxicomanes, malades mentaux laissés pour compte de l’avancée du désert sanitaire et psychiatrique, etc. Leur point commun : tous souffrent d’instabilité psychologique, affective et sociale. Cette dernière étant essentiellement due à la misère, comme nous l’avons vu dans le premier article (IAL n°91).

D’autre part, la privatisation des prisons, plus exactement, le « partenariat public privé » (PPP) n’a jamais été autant mis en avant, alors que rien ne démontre qu’il est plus...

« Modèle pour la Tunisie et l’Egypte », « allié potentiel contre la Syrie », la Turquie est au centre des attentions des médias occidentaux. Il y a quelques années, la Turquie, c’était le grand méchant loup qu’il ne fallait pas accepter dans l’Union Européenne, « parce que la Turquie ne fait pas partie de l’Europe » (version manuel de géographie du 19ème siècle), « parce que l’Europe est chrétienne » (version franchement facho), « parce que la Turquie ne respecte pas les droits de l’homme » (version gentiment de gauche mais point trop n’en faut…). Que s’est-il passé entre temps ? La Turquie a-t-elle viré « paradis sur terre » ?! Non, la crise est passée par là : l’agrandissement de l’UE n’est plus à l’ordre du jour (il s’agit plutôt d’éviter l’explosion) et l’urgence sociale concerne tous les pays, y compris les plus riches....

On résume souvent la question écologique à la limite des ressources. Si cette question fait partie de l’écologie, elle ne peut pas la contenir entièrement, et ne constitue même qu’une petite part de la question énergétique qui est avant tout le résultat d’une organisation sociale (et donc pas stricto-sensu une question écologique).

Les ressources sur Terre sont limitées, elles finiront toutes par atteindre un pic après lequel l’extraction sera plus difficile, coûteuse, et à terme non-rentable. Ce phénomène est déjà arrivé pour les hydrocarbures, que l’on voudrait extraire à présent dans les pays qui les consomment malgré les graves destructions environnementales et sanitaires connues, et devrait arriver dans environ 30 ans (au rythme actuel de consommation) pour l’ensemble des autres ressources connues1. Le colosse qu'est l'...

Ce numéro d'Infos et Analyses Libertaires est quasi-exclusivement placé sous le signe de l'anticapitalisme et de la crise de ce système qui n'égale son injustice que par son absurdité.

 

Nous ferons un petit point sur la rentrée sociale telle qu'elle s'annonce sous les auspices de la gauche fraîchement arrivée au pouvoir: triste normalité de la gestion du capitalisme et de toutes ses conséquences.

 

Chacun et chacune a déjà compris que le hollandisme ne freinera pas la folie capitaliste qui bat des record en période de crise.

 

Le système vacille et c'est la raison pour laquelle on peut s'attendre à avoir le pire de ce qu'il sait faire dans les années à venir.

 

On verra en effet dans ce numéro d'IAL que la crise accentue les attaques patriarcales contre les femmes, que la Grèce, malgré les multiples plans d'austérité imposés à son peuple ne fait que s'enfoncer toujours plus dans la crise, que la dette n'...

Triste normalité ...

La présidence de François Hollande est marquée par une triste normalité : ils n'avaient pas promis autre chose, les socialistes gèrent le système capitaliste ... avec son lot d'injustices, de dominations et d'absurdités. Des émeutes enflamment un quartier populaire d'Amiens au cœur de l'été, on envoie toujours plus de flics pour couvrir le feu … Que faire d'autre lorsqu'on renonce à combattre les inégalités ?

Même chose pour les roms, ceux et celles de la métropole lilloise, d'Évry, de Saint-Priest ou de Stains en Seine-Saint-Denis auront été contents d'apprendre que leur camp ont été démontés par des flics qui obéissent à un pouvoir socialiste ... Emmanuel Valls n'est pas comme certains le présentent l'aile droitière du P.S mais bien un homme d'état responsable...

La crise du capitalisme s'accompagne d'un durcissement des relais de l'oppression patriarcale : discours réactionnaire pour l'enfermement de la femme dans le foyer, remise en cause de l'IVG, fin de l'indépendance économique de nombreuses femmes, augmentation des violences masculines.

 


             Une offensive réactionnaire contre la liberté des femmes

On observe un peu partout une offensive idéologique menée par les réactionnaires, qui vise à enfermer les femmes dans “leurs missions naturelles” (mère, femme, bonne à tout faire), et à les exclure de la sphère du travail. Cette offensive est particulièrement violente là où la crise frappe le plus durement : en Grèce. Il s'y forme une “alliance entre le dernier cri des politiques capitalistes, qui est la violente austerité des Mémorandums, et les porteurs...

« La grande participation des gens à l'assemblée de l'Initiative Ouverte de Solidarité à la lutte des travailleurs de '' Viomihaniki Metaleftiki'', qui a eu lieu le Mercredi 18 Juillet à la bourse de travail de Théssalonique, a montré qu'on peut faire les premiers pas pour créer un mouvement ouvrier et social qui radicalement et sans intermédiaires peut poser ses propositions dans l'espace public. Des propositions comme celle sur l'Autogestion Ouvrière, consistent une lueur d'espoir pour tous les opprimés qui essaient de prendre leur vie volée en main. »

Communiqué de la Mouvance d’Émancipation et d'Autogestion Ouvrière(1) le 23/07/12(2).

...

Le Québec est une province du Canada qui sur de nombreux points fonctionne de façon autonome. L'Education est une compétence exclusivement provinciale et c'est le gouvernement du Québec qui est en charge de la gestion et du financement de ses universités. Après avoir appliqué en 2007 une nouvelle augmentation des droits de scolarité les faisant passer à 2 168 $ canadiens par an, le gouvernement de Jean Charest exprime mi-2011 sa décision d'augmenter les droits de scolarité de 1 625 $ sur 5 ans, pour les faire passer à 3 793 $ annuel. Pour faire le point sur la situation des étudiants au Québec : 40 % ne reçoivent aucune aide financière de leurs parents et les deux tiers n'habitent plus chez eux; 80 % travaillent et étudient à temps plein; La moitié des étudiants vivent avec 12 200 $ par année (le seuil de pauvreté pour une personne seule en 2010 étant de 16 320 $); 65 % des étudiants québécois qui terminent leurs études avec des dettes, s'...

(C'est eux qui nous doivent tout !)

 

Nous faire payer la dette, c'est du rackett parce que nous ne sommes responsables d'aucune des décisions politiques qui ont abouti à la situation actuelle, et dont le seul objectif est d'enrichir toujours plus les rentiers.

 

L'augmentation de la dette publique est un phénomène assez ancien, qui trouve son origine bien avant la récente crise financière. Elle est la conséquence directe de trois choix politiques, mis en place par les gouvernements de gauche comme de droite à partir des années 80, dans la plupart des pays riches. Ces trois choix politiques obéissent aux demandes et aux intérêts des prêteurs de capitaux (dont les banques), c'est à dire des personnes et des entreprises en surplus de pognon : baisser les impôts des plus riches, emprunter aux prêteurs sur les...