lun 10 janvier 2005

Solidarité avec les 14 de Rodez

CGA

Comme la Coordination des Groupes Anarchistes l'avait formulé le 22 juin 2003 en solidarité avec José Bové et d'autres militants du mouvement social injustement sanctionnés, comme elle l'avait à nouveau fait, le 3 décembre 2003 pour René Riesel et les quatre salariés perpignanais des ASF, comme elle l'avait fait le 26 octobre 2004 en solidarité avec Kamel, militant CGT de Daewoo et Rolland Veuillet dans l'Education nationale, comme elle l'a fait enfin, le 20 mai 2005, en solidarité avec Samuel Morville et les autres lycéen-e-s impliqués dans le mouvement contre la loi Fillon, elle s'insurge aujourd?hui contre les poursuites dirigées à l'encontre de 14 militants syndicalistes (12 de la Confédération paysanne et 2 de la CNT).

La CGA, aujourd'hui comme hier, dénonce la criminalisation du Mouvement social et de l'action syndicale.

Une action collective, militante, revendiquée et assumée comme telle, sert en fait de levier à la « Justice » pour mener ses basses besognes contre les organisations qui contestent l'ordre social et libéral établi.

Ainsi, Jean-Emile Sanchez Secrétaire Général de la Confédération paysanne fait-il les frais, avec 11 de ses compagnons et deux syndicalistes de la CNT, d'un renforcement de la politique répressive de l'Etat. Un politique toute entière dévouée au libéralisme triomphant, une politique qui n'admet nullement la contestation et encore moins le recours à l'action directe.

Face à l'Injustice majuscule que représentent tous les mauvais coups portés par le pouvoir à l'encontre de ces compagnons, la CGA tient à réaffirmer sa totale solidarité avec les 14 de Rodez » et sera présente, le 7 septembre, jour du procès afin de témoigner dans les faits de cette solidarité.

Relations Extérieures de la C.G.A.