sam 8 décembre 2007

Solidarité avec la lutte des enseignant-e-s et des élèves des lycées professionnels du Cantal

Le groupe du Cantal de la Coordination des Groupes Anarchistes tient à affirmer son entière solidarité avec la lutte des enseignant-e-s et élèves des lycées professionnels du Cantal, pour sauvegarder leurs filières.

La circulaire du 29/10/07 de Xavier Darcos, ministre de l'Education Nationale, impose la suppression des BEP et des BAC-Pro en deux ans dès la rentrée 2008, pour les remplacer par un seul BAC-Pro en 3 ans. Cette modification des cursus professionnels de l'enseignement, loin de répondre aux intérêts des lycéens, est faite sur mesure pour les besoins du patronat. L'Union des Industries Minières et Métallurgiques, qui a d'ailleurs récemment fait parler d'elle avec sa caisse noire anti-grève, a tout fait pour que ce projet aboutisse au plus vite.

Il s'agit pour le gouvernement de réorganiser les filières en fonction du seul critère des besoins locaux du patronat. Par exemple, la suppression des filières « pro » de Saint-Flour est légitimée par l'absence de besoins correspondants parmi les entreprises du bassin. Ainsi, la liberté de choix des lycéen-ne-s est sacrifiée. Pour trouver le centre de formation que l'on souhaite (s'il existe encore!), il faudra donc aller plus loin et payer plus cher. L'offre de formation professionnelle va donc être appauvrie, comme l'a dit Xavier Darcos lui-même dans son discours du 06/09/07 en déplorant que « des filières de formation trop nombreuses sont proposées au sein d'un même établissement. » Son projet de multiplier les Lycées des Métiers tend à centraliser les formations.

L'Etat et le patronat, ont tout deux des intérêts communs dans ce projet. En économisant un an de financement de formation, le gouvernement va pouvoir réduire le nombre de postes d'enseignement. Cette détérioration de la qualité du service public d'enseignement est une stratégie des gouvernements successifs depuis de nombreuses années: Jean-Luc Mélanchon, alors ministre délégué PS à l'enseignement professionnel, défendait déjà le projet. L'objectif est d'inciter les individus à se tourner vers des solutions d'enseignement privées, afin d'ouvrir un marché de l'éducation aux patrons et aux actionnaires. Le développement de l'enseignement privé ainsi favorisé, est synonyme de frais d'inscription en hausse et donc de discrimination économique à l'entrée.

C'est donc pour en finir avec le service public et satisfaire les appétits financiers des patrons que 60% des élèves de BEP qui ne poursuivent pas leurs études vers le BAC-Pro sont mis en difficulté et risquent de se retrouver sans diplôme, condamnés à la précarité de l'intérim ou du RMI. Seule la construction d'une lutte sociale reposant sur la grève et la manifestation de rue pourra générer le rapport de force indispensable pour fairer reculer le gouvernement dans ses projets anti-sociaux. Aussi, nous soutenons la journée de grève et de manifestation du mardi 11 décembre.


Groupe du Cantal de la Coordination des Groupes Anarchistes,
Samedi, 8 décembre 2007.