Jeudi, 15 Mai, 2014 - 20:00

Les jeudis de l'autogestion (cycle de projections-débats): Cecosesola + IMPA

affiche_jeudis_autogestion.png

 

Le jeudi 15 mai à 20h

Université Populaire et Citoyenne 63

3, rue Gaultier de Biauzat (proche place Gaillard)

Clermont-Ferrand

 

Projection de "Cecosesola" - La coopérative de Barquisimeto 15min, 2009, Utopias Projet [vost fr]

 

Cette coopérative de coopératives au Vénézuela regroupe plus de 1200 travaileurs et travailleuses et fonctionne selon les principes autogestionnaires. Aucun chef, aucun gérant, aucune structure hiérarchique, à la place énormément de participation, de confiance et d'apprentissage et une rotation constante dans tous les postes de travail.

 

Puis projection de "IMPA Usine récupérée, cité culturelle" 18min, 2009, Collectif Documental Semillas [vost fr]

En 1998 la coopérative de production d'aluminium IMPA est déclarée en faillite, les ouvriers et ouvrières déçident alors d'entrer en lutte et d'occuper leur usine. Ils démontrent qu'ils sont capables de gérer les moyens de production, de briser la domination et la subordination de quelques-uns sur les masses. L'IMPA a été la première des nombreuses usines récupérées en Argentine, suite à la crise économique de 2001.

 

L'ALTERNATIVE AU CAPITALISME SERA AUTOGESTIONNAIRE OU NE SERA PAS 

La hiérarchie sous toutes ses formes génère de l'injustice et plus le pouvoir est concentré entre peu de mains, plus l'injustice qui en découle est puissante. Que ce soit au niveau politique (l’État) ou au niveau économique (le capitalisme), la hiérarchie, en organisant la dépossession de notre pouvoir de décision, est à la fois la source et la garantie de la domination de classe que nous subissons.

Loin des clichés qui courent à son sujet, l'autogestion repose sur un ensemble de méthodes et de techniques d'organisation horizontale des activités humaines qui permettent de faire en sorte que les valeurs de liberté, d'égalité et de solidarité ne soient pas que des mots.

L'autogestion n'a rien à voir avec un supposé ordre naturel et spontané, il s'agit au contraire de se doter des institutions adéquates pour que chacun et chacune participe aux décisions qui le/la concerne. L'objectif: donner le contrôle à la base, afin que les décisions soient réellement prises dans l'intérêt de toutes et tous. C'est seulement alors que le capitalisme perdra toute raison d'être.

Loin d'avoir disparues, dopées à la fois par la faillite du capitalisme mondialisé et par celle des régimes « communistes » autoritaires du 20e siècle, ces techniques d'autogestion sont mises à nouveau en pratique avec succès aux quatre coins du globe. Il faut dire qu'elles sont le fruit de quelques 200 ans d'histoire du mouvement ouvrier, et qu'il existe donc un savoir de l'autogestion qui n'a cessé de se transmettre ici et là. C'est ce pan du savoir ouvrier que nous espérons faire vivre à Clermont-Ferrand dans le cadre de ce cycle de projections/débats. En espérant vous y retrouver nombreuses et nombreux!