lun 8 octobre 2018

Le 9 octobre, en grève contre les attaques capitalistes et le tournant autoritaire de l’Etat

CGA
9oct18-page001.png

 L’État français avec à sa tête Macron et son gouvernement n’a de cesse d’attaquer nos conditions d’existence. Leurs cibles favorites, ce sont nos salaires socialisés, c’est-à-dire tout le système de répartition arraché au capital par les luttes sociales. Deux importantes réformes sont à venir qui concernent le système de retraites et l’assurance chômage. Elles visent à nous individualiser toujours plus face aux aléas de la vie. Les APL baissent tandis que la CSG augmente et met à mal beaucoup de petites retraites. Dans l’éducation, les coupes budgétaires fabriquent des diplomes professionnels au rabais (moins d’heures en bac pro avec la réforme à venir qu’en BEP il y a 10 ans !) et compliquent toujours plus l’accès et la réussite dans les études supérieures (disparition des systèmes de compensation et des rattrapages, Parcoursup, réforme du bac..). Les premier-e-s à en patir sont évidemment les élèves et étudiant-e-s des classes populaires, forcé-e-s de travailler pour subvenir à leurs besoins.
    Et pendant que nos salaires (directs et indirects) stagnent voire reculent, les prix des denrées indispensables ne cessent d’augmenter. Et pendant que l’État nous vide les poches, il remplit allégrement celles des actionnaires et du patronat (exonérations, disparition de l’ISF…).

    A quoi rime cette société capitaliste ? Celles et ceux qui batissent les immeubles n’ont plus de quoi s’y loger. Des gens parmi lesquels de jeunes enfants, qui fuient la misère et les guerres impérialistes, se retrouvent à dormir dehors dans le soi-disant pays des droits de l’homme.
    Lorsque le camp des exploité-e-s se révoltent, l’État répond en envoyant ses chiens pour « restaurer l’ordre ». L’affaire Benalla n’est que la pointe de l’iceberg répressif et du tournant autoritaire de l’État. L’état d’urgence est devenu droit commun et sert à justifier les innombrables violences policières, dans les quartiers populaires et dans les manifestations.

    Face à cela, les stratégies syndicales restent bien souvent frileuses et très désorganisées. Avant même la journée du 9 octobre, la FSU s’est alliée avec des syndicats cogestionnaires pour appeler à une date lointaine (12 novembre) et sans se donner les moyens d’y rallier d’autres forces. Cette dispersion des forces sociales est une aubaine pour l’État, qui peut continuer à vendre au rabais les services publics qu’il a préalablement détruit méthodiquement. Comme le dit l’adage, quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.
    La seule solution pour faire reculer cette politique capitaliste et autoritaire, c’est de lui opposer un front uni des travailleuses et des travailleurs, que nous soyons fonctionnaires, dans le privé, au chômage ou en formation. Nous produisons les richesses que les dirigeants s’accaparent. Ensemble, nous sommes capables d’arrêter cette production, de bloquer l’économie du pays et d’imposer un changement de cap. Par la grève, les manifestations, les blocages économiques, le sabotage…

    Mais notre colère ne s’arrête pas aux dernières réformes des nouveaux visages qui incarnent le pouvoir politique. Dans la société capitaliste dans laquelle nous sommes contraint-e-s de vivre, il est logique que les dirigeant-e-s politiques favorisent le patronat et que les classes dirigeantes se serrent les coudes. Pour nous, tant que le pouvoir sera délégué à une minorité, la majorité de la population en subira les conséquences désastreuses dans son quotidien. A l’inverse, nous pensons qu’il est grand temps de construire une société débarassée du capitalisme et de l’État, où le contrôle ouvrier s’exercerait sur l’ensemble des secteurs de l’industrie et où ce seraient les besoins de la population qui guideraient la production, pas la recherche infinie de la croissance et des profits maximum. Une telle société, que nous appelons communisme libertaire, est possible et nécessaire. Elle est à construire tou-te-s ensemble, dès maintenant, dans nos luttes, dans nos organisations, dans nos quartiers et dans nos boites. Elle est la seule réponse viable à l’urgence climatique et aux crises économique et sociale que nous traversons.


Coordination des Groupes Anarchistes,
le 08/10/2018