sam 1 septembre 2007

La progression du patriotisme

Ces dernières années, on a pu observer une progression des idées réactionnaires en France, la plupart ont été suivies de la perte d’une partie de nos libertés (plan vigie pirate, augmentation de la vidéo surveillance, limitation du droit de grève, contrôle systématique des personnes les plus démunies…). Ces idées ne venaient pas seulement de la droite, certaines émanaient également de la gauche ; la dernière en date étant la présence du drapeau français dans tous les foyers !! Pour nous faire avaler la pilule, on tente de nous faire croire qu’il y aurait des valeurs conservatrices moins réac. que d’autres, le patriotisme serait notamment quelque chose de positif alors que le nationalisme serait la main brune du Front national. Soyons clairs, il s’agit bien de la même chose : des frontières et des hommes en uniforme pour la défendre. Il semblerait d’ailleurs que la ligne elle-même soit plus importante que les hommes qui vivent de chaque côté, une grande majorité d’exploités dans les deux camps à qui l’état affirme que c’est pire ailleurs…

Soyons plus précis, patriotisme vient de pater (au cas où nous aurions oublié que nous vivons dans une société patriarcale) et ce même père (l’Etat en l’occurrence) tente de nous inculquer un sentiment d’appartenance à un même pays, le tout renforcé par une impression d’unité de valeurs communes. Mais ce sentiment n’est rien d’autre qu’un dogme que l’on nous apprend à l’école puis chaque jour de notre vie par autant de fêtes nationales ou autres papiers rappelant que nous sommes français… Cette démarche n’est ni plus ni moins qu’un sermon religieux qui nous pousse à croire à quelque chose : parce que je suis français, je suis plus proche de Doc.Sarkozy, l’abbé Gynéco ou Pierre Dassault que de Brahim, mon pote maçon marocain. Nous sommes d’autant plus disposés à nous laisser berner que ces douces paroles réveillent en nous l’animal qui aime pisser sur chaque réverbère pour marquer son territoire. Alors sachons-le, le patriotisme n’est autre que l’expression de nos lointains gènes animaux. Quant à nous, pauvres mécréants anarchistes, nous continuerons à afficher haut et fort nos positions anationalistes.

 

Groupe Mata Negra