dim 25 juillet 2004

Face à la criminalisation du Mouvement Social (R.Riesel + salariés des ASF)

CGA

Face à la criminalisation du Mouvement Social, Face à la répression étatique

Solidarité avec René RIESEL.

Arrêt des sanctions contre les Quatre des A.S.F. - Perpignan

 

L?incarcération de René Riesel, le 1er décembre 2003, est un mauvais coup de plus, porté par les tenants de la politique libérale et étatique, au Mouvement de contestation sociale.
Une politique libérale et étatique qui puise sa légitimité dans le climat « d'affrontements convenus et dits démocratiques » avec les tenants d'une gauche « sociale », fraction qui s'avance parée du masque de l'altermondialisme et/ou de la démocratie « participative » !

La Coordination des Groupes Anarchistes s?insurge contre ces pratiques qui criminalisent les « acteurs sociaux » des luttes et appelle l?ensemble des forces sociales et syndicales à tout mettre en oeuvre pour que ces derniers ne subissent pas l?arbitraire étatique et libéral !

René Riesel doit recouvrer sine die, droits et liberté !

Les quatres salariés des A.S.F. doivent être réintégrés sur leurs postes à Perpignan !

Nous tenons à rappeler aujourd?hui, que nous avions stigmatisé, en son temps, la demande d'amnistie faite par la Confédération paysanne, auprés du Président de la République, à propos de la peine encourue par José Bové. Nous considérions alors cette démarche comme étant de nature à légitimer l'abandon du terrain des luttes sociales, démarche qui consacrait de fait l'enlisement des luttes et leur enterrement sur le terrain des compromissions politiciennes.

L'attitude de René Riesel, refusant les aménagements de peine et les compromissions induites, nous indique clairement que la lutte contre les O.G.M. et contre la misère sociale organisée peut s'inscrire, aujourd'hui encore, dans le champ de la résistance aux multiples projets d'artificialisation - et de criminalisation - de nos vies.

Au moment où le Mouvement Social rencontre la répression gouvernementale et patronale un peu partout dans l'hexagone et en Europe, nous pouvons affirmer que c'est la tiédeur des réponses - voire dans certains cas l'absence de réponse - des associations, organisations de lutte et syndicats qui a ouvert la voie à la manifestation de tous ces mauvais coups, toutes ces injustices sociales!
René Riesel et les quatre camarades salariés des ASF Perpignan injustement sanctionnés, subissent cette répression parce que nos réponses restent en deça de ce qu'elles devraient être !

C'est sur cette certitude que nous nous fondons, à la Coordination des Groupes Anarchistes, pour indiquer au gouvernement et à l'ensemble des forces « politiciennes » qu'ils ne pourront impunément continuer à frapper le Mouvement Social sans en subir, directement, les contre-coups !

C'est aussi sur cette certitude que nous nous appuyons pour appeler l'ensemble des forces vives de la contestation sociale à faire en sorte que la solidarité avec nos camarades ne soit plus un vain slogan mais au contraire, qu?elle soit le début d?unsursaut et d?une reconquête sociale face à l'arrogance des tenants de Pouvoir, de l'Argent et de la Politique politicienne.

- Liberté pour René Riesel.
- Arrêt des sanctions contre les quatre salariés sanctionnés des « Autoroutes du Sud de la France ».


Relations Extérieures de la CGA