dim 22 juin 2003

Face à la criminalisation du Mouvement Social, face à la répression étatique Solidarité (J. BOVE + salariés des ASF)

CGA

Solidarité avec José BOVE  -  Solidarité avec tous les salariés sanctionnés !

« L'incarcération de José BOVE est un mauvais coup de plus porté par les tenants de la politique libérale et étatique au Mouvement Social.

Politique qui tend à se manifester sous toute les latitudes et qui s'avance parée du masque de la démocratie représentative, voire « participative » !
La C.G.A. s'insurge contre de telles pratiques et appelle l'ensemble des forces syndicales et sociales de contestation à tout mettre en oeuvre afin que José et tous les militant(e)s injustement sanctionnés recouvrent, sine die, droits et liberté !
Nous tenons à rappeler que nous avions, en son temps, stigmatisé la demande d'élargissement - d'amnistie - faite auprés du « Président de la République ».
Nous avions considéré cette démarche comme étant de nature à légitimer l'abandon du terrain des luttes sociales, démarche qui consacrait de fait l'enlisement et l'enterrement sur le terrain des compromissions politiciennes.

Le Chirac de mai 2002, plébiscité par 82% des votes « citoyens »
De la droite ultra-libérale à l'extrême gauche, a par son refus (et y compris malgré les 800 000 signatures pétitionnaires) clairement montré les limites de l'alternative politicienne !
Pas d'amnistie et, qui plus est, la matraque en guise de débat d'idées !
Le Mouvement Social actuel a rencontré la répression gouvernementale (et patronale) à Perpignan, La Rochelle, Pau, Nîmes, Paris, dans le Nord et dans la plupart des régions.
Seule la tiédeur des réponses (voire dans certains cas l'absence de réponse) des Confédérations syndicales a permis à tous ces mauvais coups de l' «injustice sociale» d'être portés en toute impunité !

Malgré cela, le Mouvement Social n'a en rien abdiqué sa combativité.
C'est sur cette certitude que nous nous fondons, à la C.G.A., pour indiquer au gouvernement et à l'ensemble des forces « politiciennes » qu?'ls ne pourront impunément continuer à frapper le Mouvement Social sans en subir, directement, les contre-coups !

- Liberté pour José Bové.
- Arrêt des poursuites contre les quatre salariés sanctionnés des « Autoroutes du Sud de la France ».
- Arrêt des procédures engagées contre tou(te)s les miltant(e)s implqué(e)s dans les luttes sociales de ces derniers mois.


Pour les Relations Extérieures de la CGA
Groupe Puig Antich de Perpignan