lun 1 mars 2010

Edito

IAL

Ce début d'année ressemble sinistrement au précédent. Le patronat continue de licencier, de délocaliser sous le prétexte de cette nouvelle crise économique. Malgré toutes les belles promesses, les spéculateurs ont toujours carte blanche pour jouer avec nos vies. L'Etat répond toujours présent pour gérer, canaliser les travailleurs pauvres et les sans emplois dont près d'un million va se retrouver sans droits ces mois-ci. Le gouvernement assume de plus en plus sa politique de casse sociale et son discours raciste. Les raisons de se révolter ne manquent pas.

 

Dans ce numéro d'Infos et Analyses Libertaires, nous irons à Dreux où les salariés de Philips ont bien compris qu'ils et elles ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. Face à la fermeture annoncée de leur usine de téléviseurs , ils ont donc décidé de montrer qui la fait réellement vivre en la redémarrant et en se créant un trésor de guerre. Une lutte à la fois pédagogique et efficace pour créer un rapport de force! Espérons que ces formes de luttes à caractère autogestionnaires et expropriatrices se multiplient. La peur pourrait alors changer de camp...

Le sommet de Copenhague a été énormément médiatisé avant d'avoir lieu. Les médias se sont donné bonne conscience en nous assommant de reportages alarmistes. Les politicien-ne-s bombaient le torse pour sauver la planète. Et puis plus rien! La montagne ne pouvait accoucher que d'une souris. La logique capitaliste n'est pas compatible avec une gestion rationnelle des richesses naturelles. Alors, encore une fois, nous ne pourrons compter que sur nous mêmes pour changer nos modes de production et de consommation.

Derrière le débat nauséabond sur une artificielle "identité nationale", se cache la triste réalité de la traque, de l'enfermement et des expulsions des personnes sans-papiers. C'est par solidarité que des collectifs comme celui de No Border à Calais luttent, pour qu'un jour nous abolissions les frontières qui ne servent que les puissants et nous divisent. Une nouvelle fois à Calais, la seule réponse de l'Etat a été la répression.

Nous aborderons aussi l'hypocrisie des Etats occidentaux qui brandissent le drapeau des droits de l'homme mais travaillent main dans la main avec certaines des dictatures qu'ils dénoncent.

Enfin, ce numéro d'IAL rend hommage à notre compagnon de route Albert Camus. Témoin engagé de son époque, il a su rester fidèle et intransigeant, refusant toute compromission avec son idéal de liberté. A travers sa vie et son oeuvre, il a mené un combat contre les inégalités, que ce soit contre le colonialisme français en Algérie, en aidant les exilés espagnols antifascistes ou les victimes du Stalinisme, ou encore les objecteurs de conscience.

 

Les luttes sociales sont nombreuses. Parfois victorieuses mais trop souvent sans résultats immédiats. N'oublions pas les paroles d'Albert Camus:

"On a toujours raison de se révolter!"