lun 27 novembre 2006

Communiqué de soutien à la fédération CNT des PTT

CGA

Défendons la liberté d'expression dans l'entreprise, le droit syndical et l?indépendance du syndicalisme

Les « modalités d'exercice du droit syndical à la Poste » viennent de priver de tout droit des syndicats considérés comme « non représentatifs » et en premier lieu la CNT.

Il s'agit d'un accord d'entreprise sur le droit syndical signé par les organisations syndicales de la Poste, c'est-à-dire FO, UNSA, CGC-la Poste, CFDT, CFTC et même si la CGT et SUD-PTT ont voté contre l'accord, elles n'ont en revanche pas mis en route la procédure de droit d'opposition qui est réglementé par un autre accord sur le dialogue social (signé par les mêmes) et qui correspond à un veto majoritaire

C'est dans ce cadre que ce mauvais coup a pu être porté non seulement au syndicalisme révolutionnaire et/ou alternatif, mais également à la liberté d'expression et d'organisation à la poste. L'instruction en question, en même temps qu'elle instaure un partenariat entre la Direction et les organisations dites « représentatives », permet l'élimination de celles considérées abusivement comme « non représentatives ». Elle restreint une nouvelle fois la liberté d'expression et d'organisation dans les entreprises pour les travailleuses et travailleurs, déjà fortement limitées par les ordonnances Perben. Voilà le vrai visage de la dictature patronale !

Cet accord scélérat permet aussi l'encadrement drastique du droit de grève et elle prépare, à très court terme, la domestication du syndicalisme comme c'est déjà le cas au niveau européen.

La fédération CNT des PTT qui tente de développer un syndicalisme de lutte se voit contrainte de mener la bataille de la légitimité - ce qui vaut bien, convenons-en, la représentativité sortie des urnes - sur tous les terrains (syndical, social, juridique, européen.).

Elle est contrainte de mener cette lutte, dès lors que des organisations réformistes, dans les PTT, n'y ont pas fait barrage et que d?autres se sont platement abstenues, face à l'attaque portée par le libéralisme contre un syndicalisme qui se veut indépendant et qui ne souhaite pas, sous prétexte d'instaurer « un partenariat », de jouer un rôle d?interlocuteur passif tout juste bon à cautionner les mesures anti-sociales.

A la Coordination des Groupes Anarchistes, nous nous accordons à penser qu'il ne peut être question de victoires syndicales, que pour celles qui ne se gagnent pas au détriment d'autres organisations syndicales !

Dans le cas contraire il n'est pas question de victoire mais de trahison !

Nous réaffirmons les valeurs d'entraides et de solidarité, fondatrices du mouvement ouvrier, et qui devraient faire réfléchir celles et ceux qui ne voient là que l'élimination opportune d'un « concurrent ».

Les militant-e-s de la C.G.A. s'associent à toutes celles et tous ceux qui, dans le cas présent luttent contre les discriminations « syndicales », les restrictions du droit de grève.

La CGA assure toutes les militantes et les militants de la CNT de son entière solidarité dans les combats qu?elles et ils mènent contre le bâillonnement du syndicalisme de lutte.

La liberté d'expression et d'organisation dans l'entreprise est un principe que nous devons défendre indépendamment de la question de la « représentativité ».

Salutations anarchistes.

Pour la CGA.
Les Relations Extérieures.