mar 5 mars 2013

"Sécurisation" de l'emploi : organisons la riposte le 5 mars et après !

tract-ani.jpg

La gauche au pouvoir : la régression sociale tous azimuts


Le gouvernement Ayrault et tout l'arsenal médiatique qui lui est dévoué ont déjà commencé à essayer de faire croire aux travailleurs et aux travailleuses que le projet de loi dit de «sécurisation» de l'emploi vise à améliorer nos conditions de travail.
Pourtant, cet «accord» entre le MEDEF et les dirigeant-e-s de la CFDT, de la CFTC et de la CGC  (dans le plus grand mépris de leurs bases) constituerait bel et bien une régression majeure et historique du droit du travail en France s'il venait à être adopté par les parlementaires:

1. Aggravation majeure de l'inégalité des droits entre les salarié-e-s avec la prédominance de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche et sur la loi.
2. Facilitation des mobilités forcées et des licenciements
3. Licenciement pour «motif personnel» (!) de tout-e salarié-e qui refuserait un changement de poste ou une mutation.
4. Baisse des salaires, en cas de «graves difficultés conjoncturelles». Avec licenciement pour «motif personnel» de celles et ceux qui refuseraient. Le tout en exonérant l’entreprise de toute obligation de reclassement.
5. Réduction des délais et des possibilités de contestation juridique des plans sociaux et des licenciements.
6. Réduction des délais de contestation devant les tribunaux sur la question des salaires.
7. Dans le cadre des consultations, l'absence d'avis des Institutions Représentatives du Personnel vaut avis négatif ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

La suite du programme: nouvelle offensive contre nos retraites

Mais cette offensive contre nos droits et nos conditions de vie n'est qu'un début_! Le projet de loi contre lequel nous protestons aujourd'hui n'est même pas encore devant l'assemblée nationale que le gouvernement socialiste parle déjà d'une nouvelle réforme des retraites. En vue: une réduction des pensions, ou bien une hausse de l'âge de départ... Bref, on aura sans doute les deux à la fois!

Toutes et tous dans la rue et surtout dans la grève jusqu'au retrait:

ils ne comprennent que ça!

L'ampleur des attaques antisociales qui se profilent aujourd'hui exigent de nous lucidité et détermination.
Lucidité, car chacun-e doit bien comprendre qu'il ne s'agit aucunement aujourd'hui de «convaincre» le gouvernement, ou de le «ramener à la raison» comme nous avons pu l'entendre lors du mouvement contre la réforme des retraites voulue par Sarkozy en 2010. Le gouvernement sait pertinemment ce qu'il fait. A nous donc de savoir aussi ce que nous avons à faire de notre côté: LE FAIRE PLIER PAR LE RAPPORT DE FORCE.
De la détermination aussi, il nous en faudra, car de gauche comme de droite, les gouvernements qui orchestrent la régression sociale ne lâchent jamais facilement prise. Nous ne sommes pas des employeurs et, à ce titre, contrairement à certains patrons qui se sont autoproclamés «pigeons» il y a quelques mois, une pétition sur Facebook ne suffira pas à empêcher la loi d'être adoptée. Ce projet est une attaque généralisée, et face à une attaque générale, seule une grève générale sera à la hauteur. Par ailleurs, Hollande voudra aller jusqu'à l'adoption, alors notre mouvement de grève devra se poursuivre jusqu'au retrait! Si nous ne réunissons pas ces deux conditions, la loi sera malheureusement adoptée à coup sûr.

Téléchargement

Taille: 1.94 Mo