jeu 19 novembre 2009

De l'abstention à la révolution.

a cerclé

En temps d'élections le citoyen est choyé.


Le climat électoral est très souvent un climat délétère. Il n'y a pas là de quoi nous étonner tant le monde de la politique est un monde artificiel et gangrené. La carrière, l'ambition personnelle, l'intérêt individuel, l'enrichissement de celles et ceux qui se partagent le pouvoir, voilà en condensé les motivations profondes des apprentis politiciens.
L'électoralisme est un moyen mis en place par la bourgeoisie afin de pérenniser cet état de fait. Près de deux siècles d'histoire électorale nous conduisent à clamer haut et fort que ce moyen est efficace pour les tenants du pouvoir tant il est parvenu à parfaire l'illusion du choix démocratique.
En effet le système dit du « suffrage universel » n'a d'universel que Le nom. Il ne permet pas aux producteurs et aux résidents qui ne sont pas des ressortissants de la C.E.E. ou qui n'ont pas la nationalité française d'intervenir dans le contexte électoral.
Mais ce n'est là en vérité qu'un moindre problème. Tout aussi grave est le fait que le système électoraliste bourgeois place d'emblée le système politique sur un terrain totalement coupé de la réalité sociale. Il s'est agi en fait de remplacer le véritable débat et les lieux de contestation sociétaire par un simulacre de choix, une illusion de participation, toute chose qui permet aux politiciens de s'auto proclamer ad vitam aeternam, les représentants du peuple.

Groupe Puig Antich

Mars 2004

Téléchargement

Taille: 144.34 Ko