30 oct. 2014

Rémi mort pour ses convictions : ni oubli, ni pardon !

Dans la nuit du 25 au 26 Octobre 2014, Rémi Fraisse, un manifestant de 21 ans qui protestait contre le barrage de Sivens a perdu la vie sur le site. Il a été tué sur le coup suite à une explosion.

Selon un communiqué publié le 28 octobre dans Libération, « Des traces de TNT, explosif utilisé dans les grenades des gendarmes, ont été retrouvées sur les vêtements de Rémi Fraisse, opposé à la construction du barrage. Ses parents ont porté plainte et appellent au calme. »

Dans le même temps, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a suspendu l'utilisation des grenades offensives employées par les forces de « l’ordre », validant ainsi la thèse selon laquelle la mort du jeune manifestant est bien la conséquence de l’emploi de la violence par les forces répressives de l’État : Gendarmes, CRS, Gardes mobiles…

La violence pour faire taire toute velléité de contestation, au Testet et ailleurs, nous renseign...

Publications des groupes de la CGA

Infos et Analyses Libertaires

thumb-ial101.jpg
Taille : 1.69 Mo

Sommaire :

Alors que le jeu des chaises musicales se poursuit au gouvernement dans l’espoir de faire remonter des cotes de popularité en chute libre, alors que les pseudos frondeurs et frondeuses du Parti socialiste cherchent en réalité à sauver leur peau devant le naufrage annoncé de la mandature Hollande, non sans avoir mangé le plus longtemps possible à la gamelle des postes ministériels, ou en restant bien accroché·e·s à leur siège de parlementaire entre deux éclats d’indignation mal jouée devant les caméras qui grouillent toujours (!) dans les couloirs du palais Bourbon ou du Sénat, bref, alors que la vie politicienne suit son cours normal, c’est le chômage et la pauvreté qui ne cessent de croître dans le pays.
Plus personne ne conteste aujourd’hui que la ligne suivie par Hollande, Valls et leurs ami·e·s, est celle d’une politique exemplairement libérale qui n’a rien à envier à celle de son prédécesseur. Et pourtant, que n’avons-nous pas entendu, encore une fois (!), lors de l’...